[Lis] Dakota Home, Debbie Macomber

 
Au terme de près d’un mois sans compte-rendu de lecture (je vous le disais, ma vie est dingue, d’autant que je suis entrée dans la vie active), je vous propose ce matin ma note consacrée au second tome de la série Dakota de Debbie Macomber. Pour cette suite, l’auteur se centre sur la meilleure amie de Lindsay, héroïne du premier volume, et son installation à Buffalo Valley.


Venue au mariage de sa meilleure amie Lindsay à Buffalo Valley, Maddy Washburn décide, comme cette dernière, de s’installer dans la petite ville. Une fois de plus, les habitants voient avec surprise une jeune femme ravissante et dynamique rejoindre leur paisible communauté. Ils ignorent que Maddy a le coeur déchiré par ses expériences du passé… Mais lorsqu’elle rencontre par hasard Jeb Mc Kenna, qui vit replié sur ses terres, Maddy est touchée par cet homme que la vie a profondément blessé et sait qu’elle seule pourra lui redonner courage et confiance dans l’avenir.

Cela sonne comme une overdose d’eau de rose ? Et bien, c’est presque le cas ! Il est entendu que lorsqu’on ouvre un best seller Harlequin signé d’une reine de la littérature sentimale Outre-Atlantique, on ne s’attend pas à découvrir l’infinie complexité des émotions humaines. Le dénouement est forcément prévisible et l’amour avec un grand A l’emporte immanquablement en fin de compte… Mais tout de même, j’ai regretté un manque de nuance dans cette suite : cette débauche de mariages, ces déchirements qui se règlent en un regard énamouré, tout cela m’a paru trop facile.

Pour le reste, sans entrer dans de trop nombreux détails, Dakota Home est une lecture agréable, reposante et dépaysante. J’ai pris plaisir à voir cette petite ville de l’Amérique profonde reprendre vie peu à peu, je crois d’ailleurs qu’elle est le personnage dont le parcours m’a le plus intéressée au cours de ces 400 pages. Car, contrairement à l’impression que m’avait laissée le tome 1, j’ai trouvé que l’évolution des protagonistes manquait sensiblement de profondeur.

L’héroïne, Maddy, offrait pourtant de jolies perspectives et j’aurais aimé que l’on développe davantage son attachement à son commerce et la façon dont elle transforme cette épicerie moribonde en une boutique vivante et appréciée de toute une communauté. La description de la situation professionnelle de Lindsay était, à cet égard, bien plus réussie dans le volume précédent.

En conclusion, Dakota Home est un roman sympathique, léger et relaxant. L’évasion qu’il nous procure éclipserait presque son manque de subtilité… Je n’abandonne donc pas cette saga et je compte sur le dernier volet pour me réconcilier avec Miss Macomber !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s