[Lis] En des lieux désolés, Kay Mitchell

 
J’avoue, je suis une victime du marketing : si j’ai acheté En des lieux désolés, c’est à cause de son adorable couverture et de son résumé plus qu’alléchant. L’intrigue policière au sein d’une petite ville me faisait penser aux romans d’Agatha Christie, et j’avais hâte de me plonger dans l’univers qui m’était promis… Mais est-ce que le contenu fut à la hauteur du packaging ? A voir!

Pour un mannequin en quête de célébrité, figurer en page trois du Sun peut faire office de tremplin pour la gloire. N’est-ce pas sur cette célèbre planche que s’étale leur vérité… toute nue ?

Mais les stars le savent bien, le vedettariat n’entraîne pas que des avantages. Gail Latimer, faisant fi des conseils de prudence de ses proches, a exposé ses charmes aux yeux de tous.

C’est hélas à la seule vue du médecin légiste qu’elle dévoile son cou marbré de bleu.

L’admirateur qui l’attendait dans le sous-bois près de son domicile a également étranglé deux autres jeunes femmes dont le plus grave défaut était sans doute une beauté… sans défauts.

En des lieux désolés me laisse une impression quelque peu mitigée. Ce roman présente des qualités évidentes qui en font une lecture agréable, mais je n’ai pas éprouvé le coup de coeur attendu.

Ce que j’ai apprécié, c’est la cohérence de l’enquête : je n’ai deviné le coupable qu’à la dernière minute, alors que plusieurs éléments de réponses étaient habilement disitillés au gré des chapitres. Les personnages principaux comme Morrissey, le perfectionniste à l’intuition inimitable, Barrett, le séducteur malchanceux ainsi que le sensible Icks, sont intéressants mais mériteraient un développement plus fouillé. Comme il s’agit d’une série de romans, je pense que cet approfondissement pourrait se voir concrétisé au fil des tomes.

Le style de l’auteur ne m’a pas paru hors du commun, je serais d’ailleurs incapable de lui attribuer des qualificatifs précis… J’ai même été déçue, car la lecture de la quatrième de couverture annonçait un ton vif et ironique que je n’ai pas retrouvé une fois le roman ouvert ! Ceci dit, l’écriture était fluide et ma lecture fut tout sauf laborieuse, puisque j’ai terminé En des lieux désolés en à peine quelques heures.

 
Ma dernière remarque concerne la ressemblance avec l’oeuvre d’Agatha Christie : hormis l’enquête policière au sein d’un monde clos, la comparaison ne s’est pas vérifiée. Ce que j’apprécie chez Christie, c’est cette évocation sans pareil d’une atmosphère à part, d’un milieu précis, d’une époque bien particulière. Pour moi, c’est malheureusement ce qui manque au livre de Kay Mitchell. Si j’ai bel et bien accroché à l’évolution de l’investigation policière, j’ai regretté de ne pas avoir été embarquée dans un univers mieux défini.

En conclusion, j’ai aimé cette lecture divertissante et bien construite, et je me plongerai sans nul doute l’autre volume des aventures de Morissey qui m’attend déjà sur mon étagère. Je n’en espèrerai plus un Agatha Christie bis, mais j’en attendrai avant tout une découverte plus avancée de la personnalité des personnages récurrents.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s