[Lis] Grande Avenue, Joy Fielding

 
Abordant les thèmes éternels de l’amitié, de l’amour, du sexe et de la trahison, Grande Avenue raconte l’histoire de quatre femmes, quatre amies que rien n’aurait dû séparer…

Chris, Barbara, Susan et Vicki ont tout partagé. Au fil des épreuves comme des moments de joie, elles ont affronté ensemble les défis de la vie et de l’amour. Mais lorsqu’un drame cruel bouleverse leur existence, tout peut être remis en question, jusqu’à leur amitié sacrée.

Vingt ans après leur première rencontre, l’une d’elles se penche sur les étranges détours de leur destin. Fouillant dans le passé, elle veut comprendre ce qui est allé de travers, pourquoi leur amitié s’est émoussée, comment leurs rêves sont devenus cauchemars, jusqu’à détruire des vies…

 
Grande Avenue est un livre qui m’a étonnée et dont j’ai été incapable de décrocher pendant les deux petites journées où je l’ai dévoré (il compte pourtant près de 500 pages).
J’ai d’abord été surprise, car en découvrant la couverture du roman, je m’attendais à une version littéraire de Sex & The City, avec cet univers glamour et léger caractéristique de la Chick Lit… Pourtant, il n’en est rien : dès les premières pages, nous apprenons que les quatre héroïnes seront divisées par un drame atroce, que l’une s’avèrera une piètre amie alors qu’une de leurs filles grandira de façon inquiétante.
 
Sans nuire au suspense, cette annonce n’a fait qu’attiser ma curiosité et la tension, présente dès le début, augmente considérablement au fil des pages. Ainsi, dès qu’un moment angoissant survenait, je me retrouvais agrippée au bouquin, à penser que la catastrophe évoquée était sur le point de se produire… Autant vous dire que ces quelques fausses alertes terrifiantes m’ont véritablement rendue insomniaque !

J’éprouve quelques difficultés à classer ce roman dans un genre précis, mais davantage que Sex and The City, je le rapprocherai de Desperate Housewives. Ces quatre amies, que l’on suit sur plus de vingt années, ont des vies personnelles mouvementées, connaissent de réelles tragédies, mais restent soudées… jusqu’à un certain point.

Je n’en dirai pas plus afin de ne pas dévoiler l’intrigue, mais je vous recommande cette lecture facile et addictive ! A lire toutefois en journée plutôt qu’avant d’aller se coucher !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s