[Lis] La séance, John Harwood

La séance est le troisième roman que j’ai l’honneur de lire grâce à Blog-o-Book… Et c’est également le premier partenariat qui résulte d’un authentique coup de foudre !

En effet, je ne vois aucune autre expression capable de traduire ce que j’ai ressenti en découvrant cette couverture absolument divine et, surtout, ce résumé particulièrement captivant…

Dès lors, quand j’ai retrouvé mon pseudonyme dans la liste des attributions, j’ai littéralement bondi de joie… Mais est-ce que La séance a été à la hauteur de mes attentes, il faut bien le dire, démesurées ?

 

Angleterre, fin de l’ère victorienne. Constance Langton reçoit la visite d’un avocat, John Montague. Celui-ci lui annonce qu’elle vient d’hériter d’un manoir de famille dans le Suffolk, Wraxford Hall, et lui conseille de vendre la propriété sans perdre une seconde. Wraxford Hall jouit en effet d’une sinistre réputation : ses précédents propriétaires y sont morts dans d’étranges circonstances et une jeune femme, Eleanor Unwin, y a mystérieusement disparu avec sa fille. Quels terribles secrets renferment Wraxfod Hall ? Au fil du journal intime d’Eleanor et des recherches de Constance, deux femmes dont le désir d’indépendance dénote en pleine époque victorienne, se lèvent peu à peu les mystères qui entourent l’étrange demeure. Pièges machiavéliques et coups de théâtre en cascade, terreurs intimes, étranges obsessions et secrètes inconvenances, tout est réuni pour faire de cet hommage très moderne au roman gothique et victorien un chef-d’œuvre du genre.

 

Quitte à me répéter, je débuterai le coeur de ce compte-rendu par le premier point positif que l’on découvre en abordant cette lecture : le graphisme raffiné, superbe, qui nous immerge instantanément dans une atmosphère victorienne et gothique. En plus de la couverture, les pages de titre sont également ornées et j’ai apprécié ce souci du détail et cette esthétique réellement soignée.

Une fois ces premières pages passées, je me suis plongée dans le roman… et je ne parvenais tout simplement plus à le redéposer ! L’atmosphère décrite par l’auteur est obscure et fascinante. On navigue sans cesse entre surnaturel et rationnel, ne sachant jamais de quel côté la balance va pencher, ni même si l’auteur finira ou non par trancher.

Les thématiques abordées m’ont particulièrement interpellée, d’autant qu’elles m’intriguent et me passionnent depuis fort longtemps : les sociétés spirites, avant tout, mais également l’alchimie, l’inspiration et la création artistique, ou encore l’hypnose. La deuxième moitié du XIXe siècle est une période très intéressante à cet égard, les avancées de la science coexistant avec un retour en force de croyances ancestrales, et j’ai trouvé que les composantes de cet univers étaient extrêmement bien retranscrites par John Harwood.

Enfin, une dernière qualité de ce roman est sans conteste sa construction : l’organisation en cinq parties distinctes, mettant en vedette trois narrateurs différents, offre au lecteur l’opportunité de lever progressivement le voile sur les mystères du manoir Wraxford. Les éléments de réponse sont habilement intégrés, ce qui n’empêche pas les dernières pages d’être haletantes et riches en surprises !


En conclusion, je recommande très vivement La séance aux amateurs …

– de romans gothiques contemporains
– de l’atmosphère du XIXe siècle et de l’Angleterre victorienne
– d’histoires captivantes, comme Le treizième conte de Diane Setterfield

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s