[Lis] Le confident, Hélène Grémillon

 
Comme Camille, l’héroïne qui reçoit alors qu’elle ne s’y attendait pas des lettres particulièrement mystérieuses, j’ai eu la chance de voir arriver dans le courrier une grande enveloppe contenant ce livre encore introuvable en librairie. L’auteur souhaitait me le faire parvenir, ce qui ne m’arrive pas tous les jours, et c’est donc avec un a priori franchement positif que j’ai commencé cette lecture. Pourtant, l’enthousiasme que je vais tâcher d’insuffler à cet article n’a rien d’artificiel : en effet, j’ai sincèrement adoré ce roman ! 

Au milieu des mots de condoléances qu’elle reçoit à la mort de sa mère, Camille découvre une étrange lettre envoyée par un expéditeur inconnu.

Elle croit à une erreur mais, les semaines suivantes, une nouvelle lettre arrive, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés.

Peu à peu, Camille comprend que cette correspondance recèle un terrible secret qui la concerne.

Machination diabolique sur fond de Seconde Guerre mondiale, ce roman mêle récit historique et suspens psyhologique dans un scénario implacable.

Il m’apparaît assez ardu de vous faire part de tout ce que j’ai aimé sans trop en dire quant à l’intrigue. Alors je vais rester en territoire sûr : la première chose qui m’a plue est la construction du roman. Celle qui apparaît d’emblée comme le personnage principal, Camille, se voit secondée par trois autres narrateurs dans des récits enchâssés réellement passionnants. En plus de la police qui est modifiée lors de ces interventions (qui prennent parfois largement le dessus sur l’histoire de Camille), on ressent une subtile nuance dans le style qui nous permet d’être véritablement immergés dans l’univers dépeint – celui des années 30 et 40.

Ce dernier élément m’offre une transition toute trouvée vers la question de l’écriture d’Hélène Grémillon. J’ai apprécié son style, qui est à la fois épuré et imagé, brut et féminin. J’ai apprécié la façon dont elle joue sur les mots, sans lourdeur.

Enfin, le plus important à mes yeux reste l’intrigue. Sans être à proprement parler révolutionnaire, la découverte des origines qu’entreprend Camille malgré elle est amenée progressivement, au compte-goutte, par l’intermédiaire des lettres de Louis. Mais une fois que le voile commence à se lever, je me suis retrouvée bien incapable de refermer le livre ! J’ai aimé découvrir les deux, ou plutôt les trois côtés de l’histoire, et j’ai apprécié que l’auteur ne cherche pas à trancher en favorisant une version plutôt qu’une autre, malgré leurs divergences évidentes.

En conclusion, Le confident est un premier roman prometteur, accrocheur et intelligent, qui se lit en quelques heures à peine ! Je vous recommande de vous ruer dessus dès sa sortie, le 26 août ! 

 
 
Merci à Hélène Grémillon et à Jennyfer
Soulat des Editions Plon pour ce cadeau !
 
 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s