[Lis] Papier Machine, Corinne Roche

 
Papier Machine est le second roman que je reçois grâce à la formidable plateforme Blog-O-Book, et une fois de plus, la magie a opéré ! Ce livre, qui ne dépasse pas les 200 pages, m’a véritablement captivée. 

 Elle doit apprendre à sa fille la mort de son père, dont elle est séparée depuis des années. Si lui a disparu, son emprise sur elle n’en est que plus forte. Ce qu’ils ont vécu, leur histoire,elle va l’écrire. Elle transformera cet homme en personnage de papier pour reprendre le contrôle.

En accouchant de sa propre histoire, la narratrice explore la question de l’écriture et la nécessité de composerà la fois avec son art et sa vie.

Le premier atout de Papier Machine est sa narratrice, infirmière malgré elle, écrivain de coeur, que j’ai trouvée particulièrement attachante. Elle met tout en oeuvre pour combiner ses différentes missions quotidiennes : à la fois épouse, maman, amie, employée, créatrice, et femme à part entière, sa recherche d’équilibre, on s’en doute, s’avère tout sauf évidente.

J’ai été touchée par son histoire d’amour avec Antoine, un personnage ambigü des plus fascinants : d’humeur changeante, il passe sans transition de l’enthousiasme débordant à la noirceur la plus totale. En tant qu’écrivain sujet à l’angoisse de la page blanche, il ne parvient pas à assumer les succès littéraires de son épouse et entre dans un processus de destruction, seule échappatoire à son mal-être… Comme le dit l’auteur sur son blog (renseigné en fin d’article), ce qui les avait réuni finira donc par les séparer à tout jamais.

Le livre débute alors que notre héroïne, depuis divorcée, doit annoncer à sa fille adolescente le décès de son père. Lors de l’enterrement, la narratrice découvre la vie secrète d’Antoine, et s’en suit une construction narrative suprenante mais toujours compréhensible, qui retrace leur rencontre, leurs moments heureux et ceux moins heureux des derniers mois de leur union…

 

La thématique de l’écriture, salvatrice pour l’héroïne, dévastatrice pour son compagnon, avec tous les risques qu’elle comporte, m’a beaucoup intéressée. Je n’ai pas pu m’empêcher de m’interroger sur la part autobiographique de ce roman, surtout lorsque l’on prend en considération les similitudes entre le parcours de l’auteur et celui de son personnage.

Mon seul regret tient dans la fin de l’ouvrage: sans rien vous en révéler, je dirais simplement que j’aurais aimé rejoindre le moment de départ du flash back (alors que Tali a une quinzaine d’années), afin de pouvoir véritablement boucler la boucle. Sans que cela n’entache les nombreuses qualités du roman, je dois tout de même avouer que je suis restée sur ma faim !

En conclusion, je recommande ce livre aux amateurs …

– de livres sur les livres
– de romans français contemporains
– de Joanne Harris et de Chocolat (pour la beauté de la relation mère-fille que l’on retrouve ici)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s