[Lis] Les oies ne peuvent pas nous dire, Mireille Gagné

 
Avant de commencer ce compte-rendu de lecture, je vous confesse qu’il s’agit de ma première note sur un recueil poétique. Je suis donc novice, pourtant je pense avoir compris, et surtout ressenti, beaucoup de thématiques abordées par l’auteur.

La première chose qui m’a interpellée en ouvrant Les oies ne peuvent pas nous dire, c’est la mise en page : le texte occupe à peine quelques lignes, le vide prend le dessus. Les mots, les lettres même sont espacés. On devine au premier regard que la poésie de Mireille Gagné ne se perdra pas en fioritures superflues, que chaque mot aura un sens, une résonnance particulière.


J’ai également apprécié la construction du livre, qui se dévoile en quatre parties évoquant chaque saison du calendrier. Ce choix n’a rien d’anodin, puisqu’il évoque l’idée de la vie comme un cycle, sujet central de ce recueil. En effet, l’auteur croit que l’être humain, à l’image des oies du titre, observe une migration perpétuelle qui le ramène toujours à ses origines.

Dès lors, l’enfance de Mireille Gagné occupe une place de choix. Le recueil s’ouvre d’ailleurs sur la naissance de cette dernière, venue au monde brutale, qui annonce la complexité de la relation mère-fille.

 » Je n’arrive pas doucement
cramponnée à l’hiver
ronge ma mère
ses battures
grimpée dans ses champs
je la sens qui se contracte
sous le contact des doigts  »

La mère est associée à l’image de la mer, du fleuve, source de vie mais qui peut également se glacer. Le père est quant à lui rapproché de l’île, du repère au milieu de l’océan (re-père), mais également d’une figure de chasseur, protecteur et nourricier.

Ce rattachement à l’enfance doit pourtant être dépassé, et c’est ainsi que l’été apporte une rupture nécessaire. L’automne se révèle plus mélancolique encore, saison de la chute des feuilles, du dénudement, de la perte.

 » Les pantalons trop lourds pour mon âme
je m’écrase sur le sol
la terre tremble
des débris d’enfance sous les ongles
en vain
je cherche par quel bout me prendre par la main »

L’hiver clot le livre. Pourtant, ce dernier révèle un ultime chapitre, celui de l’éternité. Je le vois comme l’au-delà, ou le cycle du souvenir.

 » Je coupe les fils qui retiennent l’aube
plonge dans l’eau
de glace et de phares
rejoins l’île
mon père
ma mère
cette terre qui m’a conçue
avec un coeur d’or et de jonc »

 


En abordant sa vie, par des mots simples mais choisis, Mireille Gagné soulève des questions existentielles et touche au domaine de l’universel. Les oies ne peuvent pas nous dire est donc un recueil contemporain, sobre et beau, dont le langage sans détour m’a touchée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s