[Lis] Ma cousine Rachel, Daphné du Maurier

Daphné du Maurier fait incontestablement partie de mes cinq auteurs préférés (le top trois étant réservé à l’indétrônable J.D. Salinger, Jasper Fforde et Barbara Kingsolver qui a été promue depuis Un autre monde), et je désespère toujours de la voir si injustement ignorée du grand public. Le rayon de mon bouquiniste qui lui est consacré est à cet égard particulièrement révélateur : neuf exemplaires de Rebecca, en divers états de conservation… et c’est tout! J’ai eu la chance de découvrir et d’emporter deux autres titres, L’auberge de la Jamaïque (dont je dois impérativement visionner l’adaptation signée Hitchcock) et Ma cousine Rachel. Je gardais le second précieusement, malgré mon envie de l’ouvrir sans attendre, et je dois dire que je n’ai pas été déçue!

Philip, sans la connaître, déteste cette femme que son cousin Ambroise, avec lequel il a toujours vécu étroitement uni dans leur beau domaine de Cornouailles, a épousée soudainement pendant un séjour en Italie. Quand Ambroise lui écrira qu’il soupçonne sa femme de vouloir l’empoisonner, Philip le croira d’emblée. Ambroise mort, il jure de le venger. Sa cousine, cependant, n’a rien de la femme qu’imagine Philip….

Ce don du suspense psychologique, que le nombreux public de la célèbre romancière anglaise lui reconnaît dans chacune de ses oeuvres, est particulièrement présent dans Ma cousine Rachel.

J’ai adoré me replonger dans l’univers si particulier, si British et mystérieux de l’auteur. Je pense que son don, c’est véritablement la constitution de mondes envoûtants, grâce à des descriptions fabuleuses des maisons principales et de leur environnement naturel. Ici, la passion des jardins que partagent Ambroise et Rachel sert de prétexte à de captivantes images mêlant terrasses aménagées, fontaines exotiques, fleurs rares et arbustes variés.

Une fois l’atmosphère posée, ce qui m’a réellement captivée est l’intrigue. Elle évolue à un rythme lent, ce qui, loin de m’endormir, a au contraire furieusement aiguisé ma curiosité… Le suspense va croissant, et avant même de l’avoir réalisé, il devient impossible d’en décrocher! On se demande sans cesse qui fait erreur ou qui est dément, jusqu’à l’issue finale dont je ne révèlerai rien!

En conclusion, je vous supplie, je vous implore: que ce soit grâce à Rebecca, Ma cousine Rachel ou même Les Oiseaux, découvrez sans tarder cet auteur dont je ne saurai vous vanter assez les qualités!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s