[Lis] La reine des délices, Sarah Addison Allen

La reine des délices est un roman que je voulais lire depuis sa sortie. Lorsque j’entrais dans une librairie, je le prenais en main, en lisais la quatrième de couverture, le redéposais, et une fois chez moi, j’éprouvais des regrets et me demandais pour quelle raison je ne l’avais pas acheté. J’ai désormais la réponse à cette question: j’attendais qu’il m’arrive, joliment emballé, dans le swap Régalons-nous!

 

À la mort de son père, Josey décide qu’elle doit cesser ses caprices de petite fille et fait la promesse de se dévouer corps et âme à sa mère. Vingt ans plus tard, elle soigne sa solitude dans le placard de sa chambre, où elle cache des monceaux de sucreries.

Mais le jour ou Della Lee Baker, une serveuse à la réputation tapageuse, vient se réfugier dans cette même penderie, la vie de Josey bascule. Va-t-elle enfin s’ouvrir au monde et rattraper le temps perdu d’une jeunesse bridée?

 

Ce roman fut ma belle surprise de ce début d’année! Il possède tous les ingrédients nécessaires à en faire un vrai coup de coeur.

 

 

Tout d’abord, le style, léger et fluide, permet une lecture délassante et se prête bien au genre: il s’agit d’un roman féminin, ni tout à fait chick lit, ni franchement sentimental, ni réellement traditionnel. Il comporte chacun de ces aspects, mais teinté d’une atmosphère magique, saupoudré de poussière de fée.  C’est en effet avec baucoup de bonheur que j’ai retrouvé ce qui m’avait tant plu dans Amours et autres enchantements (du même auteur) : des petits détails surnaturels, qui rendent enchanteur un quotidien presque ordinaire.

 

Ensuite, l’héroïne, Josey, est particulièrement touchante. Elle est un coeur pur, et la vie de solitude et d’abnégation qu’elle s’impose ne l’a pas rendue amère. Ses rêveries et son placard à sucreries constituent son seul refuge. Sa mère est plus complexe: d’un abord glacial et égoïste, elle se révèle peu à peu humaine lorsque l’on découvre des bribes de son histoire personnelle.

 

 

Les personnages qui gravitent autour d’elles deux sont tous intéressants, notamment Della Lee, la quadra fantaisiste qui ne semble se soucier que de sa manucure arc-en-ciel, mais qui s’attribue pourtant la mission de réveiller Josey afin qu’elle commence à vivre. Elle sera en cela aidée par Chloe, qui lui fera découvrir les sorties et l’amitié, et par Adam, l’ancien skieur devenu facteur, qui ne laisse pas Josey indifférente.

J’ai également apprécié l’atmosphère particulière, liée au décor choisi par l’auteur: l’histoire ne prend pas place à Manhattan ou à Los Angeles, mais dans une petite station de ski, où la vie est rythmée par le tourisme et les chutes de neige. Inutile de vous dire que le moment était bien choisi pour ce livre, étant donné la météo de ces derniers jours!

 

 

 En conclusion, si vous cherchez une lecture douce et acidulée, qui recouvre de sucre glace vos soucis quotidiens, La reine des délices est faite pour vous!

 

 

Publicités

3 réflexions sur “[Lis] La reine des délices, Sarah Addison Allen

  1. J’ai mis le temps, mais j’ai fini par trouver le temps de lire ce merveilleux livre… L’histoire de Josey est touchante, et Chloe est adorable. L’histoire des livres qui tombent du ciel m’a énormément plu. Et le dénouement avec Della Lee, je ne m’y attendais pas du tout… Merci d’en avoir fait un article, j’aurais possiblement raté ça autrement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s