[Lis] Jennifer Strange, dresseuse de quarkons, Jasper Fforde

Vous n’imaginez pas mon bonheur lorsque, au détour d’un rayon de ma librairie habituelle, je suis tombée sur le retour des aventures de Jennifer Strange. Je me suis transformée en une mini tornade, bondissant, frappant des mains et poussant de petits cris de joie. Il faut dire que j’avais adoré le premier tome, comme chaque roman signé Jasper Fforde, d’ailleurs!

Grâce à Jennifer Strange, les magiciens ont récupéré leurs pouvoirs dans le royaume. La mauvaise nouvelle, c’est que l’agence de magiciens Kazam dont s’occupe Jennifer a désormais une terrible concurrente, la société iMagie, dirigée par le très antipathique Blix. Jennifer et ses apprentis devront déployer des trésors d’ingéniosité pour lutter contre lui lors d’un tournoi de magie. Mais la soudaine apparition d’un nouveau quarkon menace la ville…

A la lecture des premières pages, j’ai éprouvé un peu de difficulté à me replonger dans l’univers complètement fou des Royaumes Désunis, des magiciens dérangés et des étranges quarkons, que j’avais quitté depuis déjà un an. J’ai eu peur de passer à côté des subtilités de l’intrigue, mais fort heureusement, la première moitié du livre est suffisamment lente pour permettre de reprendre progressivement ses marques, de redécouvrir sans même s’en apercevoir les personnalités marquantes de Kazam.

Evidemment, une fois le décor posé, le rythme s’accélère, et si je me suis brièvement impatientée, j’ai vite constaté que lorsque les évènements se déclenchent, ils s’enchaînent à une vitesse telle que l’on se demande comment tout cela va  bien pouvoir se résoudre avant la dernière page!

Et c’est bien ce qu’il y a de si génial, à propos de Jasper Fforde: son écriture a beau être délirante, proche de l’absurde, elle n’en demeure pas moins solidement ancrée dans une intrigue aussi complexe que cohérente, aussi surprenante que bien construite. Et que dire de ses personnages? Je les trouve tous uniques, attachants, à la fois proches de nous et tellement particuliers!

Enfin, comme dans le premier tome, derrière cet univers loufoque et parodique se cache une vraie critique du monde dans lequel nous vivons, toujours pertinente quoique jamais pesante. L’humour irrésistible de Jasper Fforde enrobe de légèreté et de dérision ces attaques socio-politique, sur lesquelles on peut choisir ou non de s’attarder.

En conclusion, je n’ai qu’une hâte: dévorer le troisième (et dernier) tome, Le retour de Shandar!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s