[Aime] Ben X, Nic Balthazar

Ce matin, j’ai songé que cela faisait longtemps que je n’avais plus publié d’article consacré au cinéma. Il faut dire que j’aime me laisser porter par un film, sans nécessairement en construire le compte-rendu dans mon esprit. J’ai tendance, donc, à garder cet exercice pour les opérations organisées par Ciné Trafic, où j’ai parfois la chance de recevoir un dvd en échange d’une critique, ce qui me pousse à être attentive de la première à la dernière minute.

Certains films, pourtant, incitent à la réflexion et, de ce fait, mettent spontanément le jugement du spectateur en éveil. Ce fut le cas pour Ben X, dont j’ai envie de vous parler pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il s’agit d’un film belge et même si j’admets être généralement plus attirée par les productions hollywoodiennes, j’estime qu’il est temps que l’on mette davantage en lumière le  talentueux cinéma de notre pays. Ensuite, et surtout, si je m’intéresse à Ben X aujourd’hui, c’est en raison de ses choix de mise en scène audacieux et de sa thématique, malheureusement actuelle.

Ben est différent. Sa vie abonde en rituels étranges. Il semble vivre dans son propre univers, qui est avant tout celui des jeux en réseau. Victime de mauvais traitements et d’humiliations permanentes, il voit la vie réelle de l’école technique comme un enfer quotidien. Mais Ben a un plan pour fuir tout cela. C’est alors que son amie virtuelle, Scarlite, entre dans sa vie. Et elle ne faisait pas partie du plan…

Dès les premières secondes du film, on se retrouve plongés dans le monde, extrêmement ritualisé, de Ben. De sa chambre, véritable temple en l’honneur de son jeu préféré, à la cuisine, où les paroles de sa mère semblent lointaines et étrangères, au monde extérieur, riche en bruits agressifs et inquiétants, le spectateur s’inscrit immédiatement dans les pas de ce héros atypique, atteint d’une forme d’autisme, le syndrôme d’Asperger.

Cette particularité rend son parcours scolaire extrêmement complexe. Brillant, mais manquant de recul et hérmétique aux réflexes sociaux aussi élémentaires que le fait de sourire, il ne peut qu’imiter et subir. Son mutisme procure, de plus, une impunité bienvenue à ses bourreaux, qui s’en donnent dès lors à coeur joie, poussant les sévices toujours plus loin.

Si Ben semble absent, c’est qu’il voit ce qui l’entoure à travers le filtre du jeu vidéo.  Chaque scène, chaque rencontre ou confrontation, se voit d’ailleurs également représentée par des personnages fantastiques animés. Ses décisions quotidiennes peuvent ainsi être montrées sous forme de clic sur un écran. C’est sa manière de comprendre, ou plutôt d’approcher le monde, de le rendre peut-être plus familier.

En parallèle, des entretiens, à la façon d’un documentaire, entrecoupent le fil narratif. Sous forme de flash forward, on retrouve les personnes bienveillantes qui gravitent autour de Ben, comme ses parents, son professeur d’atelier, un camarade de classe. Chacun d’eux évoque, avec émotion, un évènement terrible, auquel l’histoire que nous suivons va mener. Loin de nuire au dévoilement de l’issue du film, cette mise en abyme crée, au contraire, une incertitude, une angoisse, qui nous tient en haleine jusqu’au dénouement.

Je ne sais pas si les autistes de type Asperger se retrouveront tous dans le personnage de Ben, ni d’ailleurs dans le jeu d’acteur de Greg Timmermans, qui manque parfois un peu de nuance, mais je pense que cette histoire, basée sur des faits réels, a le mérite de poser de façon directe la question du harcèlement moral chez les adolescents. A l’heure des smartphones, de l’Internet omniprésent et des réseaux sociaux, ce qui n’était, il y a encore quelques années, que des querelles de cours de récréation, peut désormais prendre des proportions démesurées, proches d’une forme virtuelle, psychologique et sournoise de lynchage.

Ben X est donc un film différent, parfois dérangeant, mais qui ne peut laisser indemne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s