[Lis] Pourquoi j’ai mangé mon père, Roy Lewis

arc

Bonjour chers lecteurs! Alors qu’il fait un temps détestable dehors, j’ai eu envie ce matin de vous parler d’un petit livre que j’ai dévoré ces derniers jours… Et quand je dis « dévoré », le terme est de circonstance, puisqu’il s’agit de Pourquoi j’ai mangé mon père!

*

Une famille préhistorique ordinaire : Edouard, le père, génial inventeur qui va changer la face du monde en ramenant le feu ; Vania, l’oncle réac, ennemi du progrès; Ernest, le narrateur, un tantinet benêt : Edwige, Griselda et d’autres ravissantes donzelles. Ces individus nous ressemblent : ils connaissent l’amour, la drague, la bataille, la jalousie. Et découvrent l’évolution. Situations rocambolesques et personnages hilarants pour rire et réfléchir. Un miroir à consulter souvent.

*

Mon compte-rendu ne sera pas très long, puisque la quatrième de couverture en dit déjà beaucoup et que ce petit roman n’atteint même pas 200 pages. Pourtant, ne vous y trompez, cette concision n’est pas l’expression d’un manque d’enthousiasme, car j’ai, au contraire, beaucoup apprécié cette lecture, aussi amusante qu’interpellante.

Si l’on s’arrête à un premier degré de compréhensionPourquoi j’ai mangé mon père est un livre plein d’humour, qui joue sur les anachronismes et les contrastes, pour nous faire sourire. J’ai aimé que les personnages, pourtant physiquement encore proches du singe, portent des prénoms sophistiqués, élaborent des réflexions, mais aussi des relations, tout à fait semblables aux nôtres. Les dynamiques amoureuses et familiales dissimulent, sous un masque de rusticité, une logique qui demeure valable aujourd’hui: le fils veut impressionner son père, la bru critique sa belle-famille, il y a aussi l’oncle qui trouve toujours quelque chose à redire, les tantes un peu excentriques,…

Mais au-delà de cet aspect loufoque, Roy Lewis suggère une réflexion sérieuse  sur la question du progrès. En effet, si l’on trouve la soif de découvertes d’Edouard tout à fait louable, et si l’on a envie de se moquer de Vania et de ses propos ultra-conservateurs, certains évènements vont nous amener à remettre les choses en perspective… Ernest, le narrateur, peut-t-il incarner la solution à ce débat, en tâchant d’être plus raisonnable que la génération qui l’a précédé?

*

Je n’en dis pas plus, histoire de vous donner envie de découvrir ce roman par vous-mêmes! Vous ne serez pas déçus!

 *

Publicités

Une réflexion sur “[Lis] Pourquoi j’ai mangé mon père, Roy Lewis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s