[Lis] Sanctuaires ardents, Katherine Mosby

tumblr_md97wyzSzS1qcq74zo1_500_large

J’ai été un peu débordée ces dernières semaines, mais je suis heureuse de revenir aujourd’hui pour vous présenter mon premier coup de coeur littéraire de 2013. Et l’enthousiasme que je ressens est d’autant plus grand que j’ai acheté ce roman par le plus grand des hasards, ne connaissant rien de celui-ci ni de son auteur! Quelle chance j’ai eue!

*

Depuis l’arrivée du couple Daniels, la petite bourgade de Winsville, en Virginie, est en émoi. L’intense beauté de Vienna, sa déroutante culture, sa passion immodérée pour les arbres suscitent l’admiration des uns, l’effroi des autres, les commentaires de tous. Un jour, Willard s’en va et laisse Vienna élever seule leurs deux enfants, Willa et Elliott, deux sauvageons pétris de curiosité et de connaissances. Dès lors, les rumeurs enflent. Jalousies et désirs se multiplient, se cristallisent. Puis le destin commence à s’acharner sur les Daniels. Forte de sa foi païenne, de son appétit de vivre, de l’amour qu’elle porte à Willa et Elliot, Vienna entre alors éperdument en résistance.

*

Comme il me semble l’avoir déjà écrit sur ce blog, il existe des livres qui nous révèlent à quel point ils vont nous plaire dès la première ligne de la première page du premier chapitre. Ce fut le cas avec Sanctuaires ardents, dont j’ai instantanément apprécié le style et le point de vue.

En effet, Katherine Mosby possède une écriture extraordinaire, extrêmement raffinée et poétique. Son sens de l’observation et ses comparaisons au fabuleux pouvoir évocateur donnent un ton extrêmement vivant aux nombreux passages descriptifs, qu’ils concernent les éléments naturels, les habitants de Winsville ou les moments d’introspection des personnages principaux.

Ces derniers sont, pour la plupart, des enfants, et c’est à travers leurs yeux que nous apprenons à connaître Vienna, femme énigmatique, trop indépendante et éduquée pour son époque et son village d’adoption. Le mystère qui l’entoure, source d’admiration autant que d’incompréhension, rejaillit sur Willa et Elliot, qu’elle élève de manière peu conventionnelle,  éveillant en eux un amour immodéré des livres et la nature. La différence s’avère le thème central du roman, qui évoque également la discrimination raciale et la question de la foi, au coeur d’un microcosme rendu sectaire et cruel par son conformisme accablant.

*

On le compare beaucoup à Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur et, bien que les points communs soient nombreux, j’ai été avant tout interpellée par ce qui rend Sanctuaires ardents unique: une plume sensible et élégante, un foisonnement de références littéraires, des personnages fascinants et une émotion communicative. Ce premier roman poignant ne laisse pas indemne. 

*

Publicités

8 réflexions sur “[Lis] Sanctuaires ardents, Katherine Mosby

  1. J’ai beaucoup aimé et beaucoup pleuré…….voilà enfin un livre qu’on ne quitte pas et qui ne vous quitte plus!!!

  2. Pingback: [Lis] Sous le charme de Lillian Dawes, Katherine Mosby | Mange, lis, aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s