[Lis] La singulière tristesse du gâteau au citron, Aimee Bender

128352658099731643_mUjTdZDM_c1

Je vous écris ce matin, alors que dans quelques heures, je prendrai la route pour un périple à travers la Grèce et la Crète. Je suis enchantée de quitter la grisaille belge et de redécouvrir ce pays passionnant à tant d’égards, mais je ne pouvais pas vous laisser sans écrire à propos de ce livre qui a été un incroyable coup de cœur.

*

Le jour de ses neuf ans, Rose Edelstein mord avec délice dans le gâteau au citron préparé pour l’occasion. S’ensuit une incroyable révélation : elle ressent précisément l’émotion éprouvée par sa mère, alors qu’elle assemblait les couches de génoise et de crème. Sous la douceur la plus exquise, Rose perçoit le désespoir. Ce bouleversement va entraîner la petite fille dans une enquête sur sa famille, qui n’a décidément rien d’ordinaire. Mais comment vivre lorsque les petits arrangements avec la vérité sont impossibles ? Comment supporter le monde lorsque la moindre bouchée provoque un séisme intérieur ?

*

Dès la quatrième de couverture, je savais que ce roman hors du commun allait me plaire, et j’ai le plaisir de vous dire que je ne m’étais pas trompée. En effet, l’idée de départ est originale et séduisante, mais ce qui fait de ce livre un véritable petit chef d’oeuvre, c’est avant tout le style particulièrement créatif, précis et imagé d’Aimee Bender. L’univers de Rose est si intelligemment dépeint que l’on voit apparaître sous nos yeux chaque détail de son quartier, chaque membre de sa famille, et le moindre personnage, aussi secondaire soit-il.

Vivre avec un tel don apporte un peu de magie au quotidien jusqu’alors tout à fait banal de Rose, mais cette faculté, qui lui permet de découvrir les secrets intimes de tout cuisinier, lui laisse également un goût amer en bouche. Subir les émotions, parfois intenses, parfois désespérément vides, de quiconque ayant contribué à la préparation du moindre aliment ingurgité, se révèle bien vite un fardeau d’autant plus lourd qu’il doit être gardé secret.

C’est ainsi que le roman prend une tournure plus sérieuse, plus profonde. Les apparences volent en éclats, et alors que certains mystères sont brutalement dévoilés, d’autres ne font que s’épaissir. Qu’arrive-t-il à Joseph, ce frère discret et distant qui semble peu à peu s’enfermer dans le silence et la solitude?

Je n’en dirai pas davantage, mais sachez que j’ai refermé ce livre hantée et bouleversée. Je ne peux que vous le recommander.

*

Publicités

2 réflexions sur “[Lis] La singulière tristesse du gâteau au citron, Aimee Bender

  1. Pingback: [Lis] Ce qui était perdu, Catherine O’Flynn | Mange, lis, aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s