[Lis] Le fabuleux destin d’une vache qui ne voulait pas finir en steak haché, David Safier

aliciacow

 

Bonjour à tous! Je vous propose aujourd’hui une note de lecture consacrée au dernier David Safier, sobrement intitulé Le fabuleux destin d’une vache qui ne voulait pas finir en steak haché (contre Muh! en version originale – les traducteurs sont formidables). Tout un programme, n’est-ce pas?

*

Mis à part l’infidélité de son taureau, Champion, Lolle, une vache laitière, mène une vie tranquille dans un pré du nord de l’Allemagne. Jusqu’au jour où elle apprend de la gueule de Giacomo, un chat errant qu’elle a sauvé de la noyade, que le fermier a décidé de vendre le troupeau de bovins pour régler ses dettes. Afin d’éviter de finir entre deux tranches de pain, Lolle décide de s’enfuir avec ses amis pour rejoindre le pays où les vaches sont sacrées, l’Inde! Mais Old Dog, le chien sanguinaire du fermier, a bien l’intention de les en empêcher…

*

Pour être parfaitement honnête, j’ai beau être l’amie des animaux que vous connaissez, je n’en ai pas moins ouvert ce roman dans un état d’esprit assez dubitatif: la narratrice, une vache? Vraiment? Et pourtant, la magie de Safier a une nouvelle fois opéré et je me suis rapidement prise d’affection pour cette petite bande de ruminants pleins de caractère. Il faut dire que, depuis Maudit Karma, l’auteur s’est révélé plutôt doué pour se mettre dans la peau de personnages particulièrement diversifiés et faire mouche à chaque nouveau roman.

alicia-silverstone cow

Toutefois, si j’ai apprécié l’évolution des personnages et si j’ai passé un très chouette moment de détente en découvrant leurs aventures rocambolesques, je dois dire que ce nouveau titre ne restera pas mon préféré de l’auteur. Je suis peut-être devenue trop exigeante, mais je n’ai pas retrouvé de réel message derrière les gags.

Certes, on pourrait en retirer une certaine sensibilisation au bien-être animal, mais je ne suis pas sûre que l’anthropomorphisme humoristique soit le meilleur vecteur d’une telle initiative… D’ailleurs, David Safier ne semble pas complètement investi dans cette cause, puisqu’il a reconnu lors de la promotion de l’ouvrage ne pas être végétarien. Voilà qui explique peut-être le léger manque de conviction du roman, que l’on refermera  amusé mais pas bouleversé.

*

En conclusion, j’ai beaucoup aimé ce roman sans prétention : une vraie lecture de vacances qui se parcourt sans prise de tête. J’en attendrai toutefois davantage pour le prochain roman de cet auteur que j’apprécie beaucoup!

 

Publicités

3 réflexions sur “[Lis] Le fabuleux destin d’une vache qui ne voulait pas finir en steak haché, David Safier

  1. Je viens de m’apercevoir que je l’ai lu mais pas fait la chronique ^^ Et maintenant que tu le dis, c’est vrai qu’on a pas « la morale » de l’histoire. J’ai quand même adoré ce roman, il m’avait kidnappée ^^

  2. Pingback: [Lis] 2014, le bilan | Mange, lis, aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s