[Lis] Les pétillantes, Didier Fourmy – Par le Vert Lisant

vintageladies

Je dois avouer que le titre m’avait intrigué, la couverture attirait l’œil et le texte en page 4 de couverture était prometteur. Mais comme je ne me fie pas à ce genre de texte – quel éditeur y écrirait que le livre est nul, insipide, mal écrit ? – j’ai mis ma confiance dans les critiques de lecteurs, glanées sur internet. Beaucoup étaient favorables et elles dépassaient en nombre les commentaires négatifs. Je me suis donc procuré ce livre en toute confiance.

Si, comme dit Descartes : « Le bon sens est la chose la mieux partagée », celle de l’humour ne semble pas l’être : il y a des gens qui n’ont jamais ri aux films de…. disons : Louis de Funès ou de ceux de Jerry Lewis (pour ne pas parler d’acteurs ou de monologuistes contemporains). Tout cela pour vous expliquer que je me suis arrêté ma lecture au milieu du livre et que j’ai, déçu, refermé l’ouvrage.

De quoi s’agit-il ? Une espèce maison de repos abrite une dizaine de femmes âgées, dans des conditions extraordinaires ; c’est une sorte d’Abbaye de Thélème des temps modernes. Et voilà que s’amène, pour y faire un reportage, une jeune journaliste. Mais, elle n’est pas la seule à venir. En effet, la maison est en copropriété : sont impliqués : celle qui la « dirige » en quelque sorte et sa sœur et son frère. Ces deux derniers sont bien résolus à faire vendre le bien .

A peine arrivés, ils découvrent, à leur grand étonnement, que ces dames sont en pleine leçon de danse espagnole sous la direction d’un maître de ballet qui est, aussi, une sorte de factotum dans cette maison.

Là, je m’attendais à une suite d’imbroglios ou de situations inextricables dues à des confusions ou des méprises, le tout dénoué par notre factotum, nouveau Jeeves, comme dans les meilleurs romans de P.G. Wodehouse, ou, encore à une suite d’épisodes aimablement narrés, avec une pointe d’humour bien britannique, à la façon de McCall Smith, ou, encore, à des dialogues doux-amers mais finalement drôles comme dans « Les trois grosses dames d’Antibes » de Sommerset Maughan. Rien de tout cela, ces dames bavardent de manière plus ou moins osée de tout et de rien, des hommes qu’elles ont eu (ou pas), des beaux garçons des établissements voisins où elles sortent avec, parfois, des réflexions dignes de midinettes. Et puis, comment croire à ce récit où elles ne souffrent d’aucun maux (hypertension, arthrose, etc… qui sont, hélas, souvent, le lot du grand âge) et où elles n’éprouvent, en plus, aucun problème d’argent ?

J’ai, peut-être eu tort de ne pas aller jusqu’au bout. Peut-être que le livre est construit comme une pièce de boulevard où le premier acte ne fait que mettre en situation les personnages ; les mots d’esprit, les répliques drôles, les épisodes coquasses qui déchaînent les rires des spectateurs étant réservés aux actes suivants.

Peut-être mais, pas assurément : les styles et les goûts varient d’un pays à l’autre et selon les âges, il en va de même pour l’humour mais, en fermant le livre, j’ai pensé à cette réflexion de la reine Victoria, (à la sortie d’un théâtre où elle avait assisté à la représentation d’une opérette qui faisait fureur à l’époque, de Gilbert et Sullivan ) : « The Queen was not amused ».

*

Merci le Vert Lisant!

Publicités

Une réflexion sur “[Lis] Les pétillantes, Didier Fourmy – Par le Vert Lisant

  1. Bonjour
    Je viens de lire votre critique et je partage tout à fait votre avis sur ce livre.
    J’ai voulu aller jusqu’à la fin mais je vous rassure vous n’avez rien raté.
    Je trouve ce livre assez mal écrit avec des personnages très caricaturaux plus un petit relent de racisme et d’ancienne époque assez désagréable.
    Je n’arrive pas à comprendre toutes ces critiques élogieuses ou alors il faut le lire sans réfléchir….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s