[Lis] Bellefleur, Joyce Carol Oates

003_large

Good morning! J’espère que vous allez bien et que, comme moi, vous savourez cet avant-goût d’automne que nous apporte le mois de septembre. Voir les feuilles roussir sur fond de ciel bleu me met toujours d’excellente humeur, pas vous?

Quoi qu’il en soit, je n’ai jamais (je crois) été aussi heureuse de vous proposer une note de lecture, et pour cause: j’ai passé près de dix semaines sur ce bouquin! Les raisons de cette anormale lenteur sont diverses: mon rythme se ralentit pendant les vacances, surtout que j’ai été très occupée tout l’été… Et puis ce roman est si dense, si riche, qu’il me paraît difficile de le lire d’une traite – d’autant qu’il approche des mille pages! Oates l’appelle son « roman vampire« , et je crois que je vois ce qu’elle veut dire!

Alors, sans plus attendre, voici ce que j’en ai pensé…

*

Ce grand roman gothique fut le premier best-seller de Joyce Carol Oates dans les années 1980 aux États-Unis. Il nous entraîne dans les pénombres des consciences d’une Amérique qui peine à se relever de la guerre de Sécession et au sein de laquelle les origines sociales et le poids de la lignée entravent toujours les destins individuels.

Les Bellefleur ont exercé une influence déterminante sur l’état de New York tout au long du XIXe siècle. Ils composent un clan des plus bigarrés : un tueur en série, un allumé qui part se terrer dans les montagnes à la recherche de Dieu, un noctambule inquiétant, un brillant scientifique, une enfant singulière à laquelle Leah, jeune femme délicate, donne naissance, avant de décider de restaurer l’empire des Bellefleur, quel qu’en soit le prix..

*

Bellefleur se présente donc comme le vaste portrait d’une dynastie américaine – tellement vaste, d’ailleurs, qu’un arbre généalogique est nécessaire pour s’y retrouver. Sous des dehors de saga familiale traditionnelle, ce roman cache des particularités agréablement surprenantes. En effet, le lecteur s’aperçoit rapidement que la chronologie est éclatée: d’un chapitre à l’autre, l’auteur évoque des générations très différentes, et le passé d’une personne se voit souvent dévoilé après que son présent l’ait été. J’ai aussi beaucoup apprécié certains chapitres différents qui, en se centrant sur une thématique bien précise, traversaient, eux, les époques.

En outre, si certains personnages se détachent – comme Leah et son ambition démesurée ; Vernon, le poète incompris ; ou encore Jedediah, qui quitte tout pour une quête spirituelle proche de la folie -, la véritable héroïne de l’histoire est indéniablement la propriété des Bellefleur. Le château, bien sûr, avec ses innombrables pièces (en particulier l’inquiétante Chambre Turquoise), mais également les jardins, et leurs pièces d’eau… Chaque élément du manoir et de ses alentours interagissent avec les membres de la famille et prennent une part véritablement active dans le récit.

Ce qui a achevé de me séduire dans ce roman, c’est sa dimension magique. En effet, des petites touches irrationnelles parsèment la destinée des Bellefleur, sans que l’on verse jamais dans le fantastique ou que l’on s’éloigne des problématiques humains, universelles. Ainsi, Leah est persuadée que son nouveau-né peut prédire l’avenir de la famille ; certains miroirs semblent mener à des univers parallèles et certains êtres paraissent capables de métamorphose. Ces phénomènes, toutefois, restent évoqués à demi-mots et ce non-dit brumeux crée une aura de mystère particulièrement envoûtante.

*

En conclusion, Bellefleur est une excellente lecture, qui mêle roman gothique et réalisme magique. Décidément, Joyce Carol Oates commence à s’imposer comme l’un de mes auteurs favoris… Prochaine lecture? La fille tatouée ou Mudwoman. 

*

Publicités

4 réflexions sur “[Lis] Bellefleur, Joyce Carol Oates

  1. Pingback: [Lis] 2014, le bilan | Mange, lis, aime

  2. J’ai fait avec ce livre, quelque chose que je n’aime pas du tout faire : l’abandonner. Parce que son atmosphère, que tu as fort bien décrite, ne correspondait absolument pas à mon humeur du moment. Mais il fait partie de ces écrits forts que l’on peut reprendre même après plusieurs mois…donc j’y reviendrai. Il y’a deux autres volumes à ce livre-vampire « La légende de Bloodsmor » et « Les mystères des Winterthurn ». Envisages-tu de les lire également ? Bon weekend;-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s