[Lis] Miss Alabama et ses petits secrets, Fannie Flagg

it_s_complicated39

Bonjour à tous! J’espère que, comme moi, vous passez un agréable dimanche ensoleillé. J’apprécie tellement cette luminosité et ce ciel bleu, annonciateurs du printemps. Pas vous?

Si je semble déborder d’enthousiasme, c’est parce que le roman dont je vais vous parler aujourd’hui a été un formidable coup de cœur. Il faut dire qu’il avait tout pour me plaire

*

Birmingham, États-Unis. Ex-Miss Alabama, Maggie Fortenberry a pris une grande décision : elle va mettre fin à ses jours. Elle n’est ni malade ni déprimée, son travail dans une petite agence immobilière est plutôt agréable, mais elle a trouvé malgré tout seize bonnes raisons d’en finir, la principale étant peut-être que, à 60 ans, elle pense avoir connu le meilleur de la vie. Maggie a donc arrêté la date de sa mort et se consacre désormais en toute discrétion à en régler les détails.
Or, peu de temps avant de passer à l’acte, Maggie est invitée par une collègue, Brenda, à un spectacle de derviches tourneurs. La représentation étant dans moins d’une semaine, elle décide, pour faire plaisir à Brenda, de retarder l’ultime échéance.
Elle est alors loin de se douter combien les jours à venir vont être riches en secrets dévoilés et en événements imprévus, lesquels vont lui montrer que l’existence a encore beaucoup plus à lui offrir qu’elle ne le croyait.

*

Dès les premières pages, j’ai su que j’allais adorer cette lecture. Je dois dire que j’avais un a priori plus que positif sur l’auteur car, à défaut de m’être déjà plongée dans ses écrits, je garde un souvenir émerveillé de l’adaptation cinématographique de ses Beignets de tomates vertes. Si Miss Alabama propose une intrigue assez différente, j’y ai cependant retrouvé avec bonheur tout le talent de Fannie Flagg.

En premier lieu, le cadre du roman est d’un dépaysement absolu. Birmingham est une ville en plein bouleversement, qui entre dans la modernité quitte à perdre un peu de son charme historique. Heureusement, ses collines restent préservées de cette vague de constructions vertigineuses… Mais pour combien de temps encore?

J’ai un faible pour ces quartiers du Sud des Etats-Unis, avec leurs jolies maisons, leurs petites boutiques et ce sentiment de communauté qui les caractérise. On ressent l’amour que porte Fannie Flagg à cette ville qui, loin d’être fictive, est en réalité celle où elle a grandi. Elle n’élude toutefois pas le passé difficile des lieux, qui ont connu des heures sombres lors du mouvement des droits civiques, dans les années soixante. Cet aspect s’avère parfaitement représentatif du roman, qui trouve l’équilibre parfait entre profondeur et légèreté. Les personnages obéissent d’ailleurs à la même règle.

09

Prenons Margaret, par exemple. Au premier abord, elle passe pour la parfaite Southern Belle. Tirée à quatre épingles et toujours cordiale, elle fait l’unanimité autour d’elle. Pourtant, au fil des chapitres, le lecteur s’aperçoit de la complexité de sa personnalité, des questions qui la hantent et des doutes qui la minent.

Néanmoins, je dois admettre que les personnages secondaires lui volent presque la vedette. Ils sont en vérité tout sauf secondaires, car il est impossible de ne pas s’attacher à chacun d’eux autant qu’à Maggie. A titre personnel, j’ai été incroyablement inspirée par l’optimisme et le sens de l’initiative de la surprenante Hazel. J’ai également aimé en découvrir davantage sur Babs Bingington, une rivale sans foi ni loi, qui n’est pas sans rappeler les méchants de contes de fées. Cet art de rendre ses héroïnes aussi touchantes qu’authentiques est indéniablement l’une des qualités majeures de Fannie Flagg, qui s’est cette fois largement inspirée de sa propre vie: de son enfance dans un cinéma aux concours de Miss, sans oublier sa passion pour les belles villas qui l’ont tant fait rêver.

Je croyais que le roman se résumerait à des portraits de femmes entre deux âges, au cœur d’une ville entre deux époques… Je me trompais grossièrement! Quelle surprise quand, très exactement au milieu de l’ouvrage, un basculement s’opère et qu’un mystère surgit du passé. Mon intérêt s’est retrouvé décuplé, et j’ai dévoré la seconde moitié à un rythme effréné!

*

En conclusion, je ne peux que vous recommander cet extraordinaire roman américain, qui vous fera passer du rire au larmes pour une inoubliable comfort reading. Vivement la prochaine traduction française de cet auteur, qui devrait paraître en avril au Cherche Midi.

sclingerman-timestandstill-swirl

Publicités

2 réflexions sur “[Lis] Miss Alabama et ses petits secrets, Fannie Flagg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s