[Lis] Ce qui était perdu, Catherine O’Flynn

Abigail-Breslin-Profile

Bonjour à tous! J’espère que vous survivez à cette vague de chaleur et que vous en profitez pour rester à l’ombre et pour lire de bons romans. C’est en tout cas ma stratégie, et elle s’avère imparable contre les coups de soleil et les insomnies!

Je remercie donc la canicule pour la superbe découverte dont je vais vous parler aujourd’hui…

1984. Kate Meaney est une petite fille hors du commun. Au lieu de fréquenter des enfants de son âge, elle joue les apprenties détectives avec sa peluche dans les rues de Birmingham et les allées de Green Oaks, le tout nouveau centre commercial. Le reste du temps, elle s’amuse avec Adrian, son seul ami – un jeune homme attachant qui travaille dans un magasin du quartier -, à scruter les clients et imaginer leurs troubles secrets. Jusqu’au jour où elle disparaît…

2003. Depuis des années, Kurt, agent de sécurité, contemple les masses somnambuliques venues tromper leur solitude dans l’immense piège de verre du centre commercial. Une nuit, il aperçoit l’image furtive d’une petite fille sur un écran de contrôle. Lisa, employée chez un disquaire, trouve quant à elle une peluche dans un couloir de service. Ensemble, ils se lancent à la recherche de la fillette. Dans les entrailles labyrinthiques de Green Oaks, ils vont tenter de retrouver ce qui était perdu: l’enfance, l’innocence, l’envie de vivre. Dans ce premier roman polyphonique, émouvant et drôle, Catherine O’Flynn file une inquiétante métaphore sur le monde dans lequel nous vivons.

A l’heure où je vous écris, je viens de tourner la dernière page de ce roman et j’en suis encore bouleversée. Je vais tâcher de dépasser ma vive émotion afin de vous faire part de ce qui m’a tant séduite.

En premier lieu, je suis instantanément tombée sous le charme de Kate. J’adore les personnages de petites filles atypiques, brillantes et rebelles, et notre apprentie détective correspond indéniablement à ce profil. Orpheline et sans repères, elle fait de sa solitude une force en se lançant dans une observation minutieuse de son quartier et de Green Oaks, le centre commercial où elle passe ses après-midis.

L’auteur joue avec nos sentiments car à peine nous sommes nous attachés à cette héroïne hors du commun que celle-ci se volatilise. La construction du roman révèle alors toute sa subtilité et nous découvrons, par bribes, par des éclairages parfois très brefs, les points de vue de ceux qui, eux, continuent à errer dans la galerie marchande.

abigail_breslin_166822358_abigail_breslin_stan_godlewski_photoshoot_j0001_122_18lo_xW3wGgs.sized

Deux d’entre eux se distinguent: il s’agit de Kurt, l’agent de sécurité narcoleptique, et de Lisa, responsable fantoche du disquaire local. Nous les suivons, en alternance, dans leurs existences aussi étriquées que médiocres. A l’image de Kate, nous faisons de Green Oaks un observatoire des comportements humains comme de l’évolution de notre société. Et le constat n’est pas brillant.

Pour autant, Catherine O’Flynn parvient à faire preuve, au cœur d’une telle grisaille, d’un humour, certes teinté de cynisme, mais de nature à dédramatiser les situations les plus obscures. Toutefois, ce qui est encore plus précieux et révélateur de son talent d’écrivain, c’est sa manière d’insuffler une signification à toute chose ainsi qu’un sentiment d’espoir communicatif.

*

En conclusion, sans perdre de vue son caractère unique, Ce qui était perdu m’a rappelé la profondeur de Swamplandia, le ton de Dans les coulisses du musée et le côté doux-amer de La singulière tristesse du gâteau au citron.  C’est un immense coup de cœur que je ne peux que vous recommander!

sclingerman-timestandstill-swirl

Publicités

Une réflexion sur “[Lis] Ce qui était perdu, Catherine O’Flynn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s