[Lis] Le Château de Cassandra, Dodie Smith

Emma Watson 2014 With Statue Wallpaper

Bonjour à tous! Aujourd’hui, j’ai volé un peu de temps pour vous préparer l’article promis: il s’agit d’une note de lecture consacré à un roman véritablement inoubliable, intitulé Le Château de Cassandra.

le-chateau-de-cassandra-591146-120-200

Cassandra ! Un prénom romanesque, à l’image du château perdu au fin fond de l’Angleterre où vit la jeune fille avec toute son excentrique famille : un père écrivain qui se refuse à écrire, la merveilleuse Topaz, belle-mère fantasque aux tendances naturistes, Rose, la sœur aînée rêvant au grand amour, sans parler de Stephen, le jeune jardinier qui n’a d’yeux que pour Cassandra.

Au fil de ses cahiers, cette dernière relate les événements qui jalonnent leur existence, avec autant de sensibilité que d’ironie. Mais quand surgissent deux beaux et riches Américains dans le manoir voisin, la vie au château en est subitement bouleversée…

 

Dès que j’ai reçu ce livre, sous le sapin Noël dernier, j’ai senti à quel point il était spécial. Pour cette raison, et comme à mon habitude, j’ai choisi de ne pas me précipiter et d’en savourer la perspective pendant quelque mois… le temps que le moment parfait survienne. L’automne, plus que tout autre saison, s’est avéré idéal pour me plonger enfin dans le journal de la jeune Cassandra.

 

Comme je le pressentais, la magie a opéré de la première à la dernière page. Mais, alors que je m’attendais à une romance agréable quoiqu’un peu convenue, je me suis aperçue qu’il n’en était rien: Cassandra est loin de la jeune fille en fleur attendant patiemment le prince charmant. Pleine d’esprit, aussi mature que candide, elle nourrit de grands rêves et refuse de céder à la facilité ou à la médiocrité. Son tempérament curieux et sa vivacité d’esprit l’incitent à se passionner pour l’écriture et la musique, mais aussi à tenter de comprendre le monde, en particulier ses proches.

Sa sœur, Rose, est en cela bien différente d’elle. Aucun centre d’intérêt ne semble susceptible de la faire dévier de son unique objectif: être la plus séduisante et épouser un homme riche afin de mettre un terme à la misère qui l’accable. En effet, la vie de château a beau revêtir un caractère résolument romantique, elle ne parvient pas à dissimuler la pauvreté à laquelle les Mortmain sont réduits: les meubles de valeur ont tous été vendus, les armoires se vident une à une et les vêtements usés ne sont plus remplacés.

Si le modeste salaire de Stephen et ses talents de jardinier permettent tant bien que mal de remplir les assiettes, c’est néanmoins sur le père de famille que reposent toutes les attentes. Homme de lettres reconnu, ce dernier a sombré dans l’inertie la plus totale suite au succès retentissant de son premier ouvrage. Une telle situation désespère Topaz, sa seconde épouse, qui – comble de l’ironie! – se trouve être la muse des plus grands peintres londoniens!

Lorsque deux frères venus d’Outre-Atlantique s’installent dans la propriété voisine, la vie de la maisonnée se voit changée à jamais. Leur exotisme et la sympathie qu’ils témoignent envers les Mortmain sèment l’espoir et ouvrent de nouveaux horizons pour chaque membre de la famille. Mais, alors que les sentiments s’en mêlent, les événements risquent de prendre une tournure pour le moins inattendue…

Mariano-Vivanco-emma-watson-23585171-385-513

Le Château de Cassandra est un roman à la première personne, qui brosse le portrait d’une jeune fille à l’aube de l’âge adulte. Cette chronique familiale se révèle aussi touchante qu’amusante: j’ai beaucoup souri, mais j’ai également ri à gorge déployée, à plus d’une reprise.

Topaz est une belle-mère extraordinaire, loin de la marâtre des contes de fées, et ses répliques sont toutes à la hauteur de son caractère original et hautement théâtral. Cassandra porte un regard lucide et bienveillant sur les excentricités des Mortmain. Si elle semble la plus raisonnable d’entre eux, elle n’en conserve pas moins une imagination foisonnante et une sensibilité exacerbée qui font d’elle un personnage imparfait et attachant.

Je ne connaissais pas Dodie Smith, pourtant auteur des 101 Dalmatiens, mais je compte désormais lire absolument tout ce qu’elle a écrit. J’envisage également – mais avec appréhension – de regarder l’adaptation cinématographique, intitulée Rose et Cassandra et mettant en scène Rose Byrne et Romola Garai.

Le Château de Cassandra est un coup de foudre littéraire comme on en a peu, et si mon avis ne suffit pas à vous convaincre, peut-être que celui de J.K. Rowling sera plus efficace: « Cassandra est l’un des personnages les plus charismatiques que j’aie jamais rencontrés ».

A votre tour de faire sa connaissance!

sclingerman-timestandstill-swirl

Publicités

3 réflexions sur “[Lis] Le Château de Cassandra, Dodie Smith

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s