[Aime] Une éducation, Lone Scherfig

carey-1

Bonjour à tous! Je suis très heureuse de vous retrouver avec une nouvelle chronique cinématographique. Il semblerait que Carey Mulligan m’inspire, puisqu’elle est une fois de plus à l’affiche du film dont il sera question aujourd’hui: Une éducation.

1961, Angleterre. Jenny a 16 ans et se prépare à intégrer Oxford. Sa voie semble toute tracée jusqu’à sa rencontre avec un homme deux fois plus âgé qu’elle, qui va tout remettre en cause.

Dans un monde qui se prépare à vivre la folie des années 60, dans un pays qui passe de Lady Chatterley aux Beatles, Jenny va découvrir la vie, l’amour, Paris, et devoir choisir son existence…

Jenny est une étudiante brillante et curieuse, qui a été élevée selon les principes d’une éducation scolaire et familiale très stricte. Musicienne accomplie, fille unique, responsable et bonne élève, elle se plie aux règles tout en laissant échapper des réparties pleines d’esprit qui nous font apercevoir son tempérament insoumis.

Le seul objectif qu’elle poursuit est d’être acceptée à Oxford. Pour y parvenir, elle devra combattre son aversion pour la langue latine et éliminer les distractions de toute nature. Les espoirs de ses parents reposent entièrement sur elle et sur l’ascension sociale que son intelligence lui permet d’espérer.

A peine sortie de l’adolescence, Jenny se sent pourtant pleine d’envies, de rêves et d’ambitions inassouvies. A ses yeux, l’université représente dès lors l’opportunité de faire et de lire ce qu’elle veut, de voyager et de rencontrer des personnes d’horizons diversifiés. 

an_education58

C’est alors qu’elle fait la connaissance de David. Cet étranger, nimbé de mystère et prêt à l’introduire dans un monde entièrement neuf, incarne tout ce qu’elle attend de l’âge adulte. Il est amusé par sa fraîcheur et sa naïveté de « jeune personne qui a tout à apprendre ». Elle est admirative de son charisme qui lui permet en un instant d’amadouer sa mère et de déstabiliser son inflexible père. A elle les sorties tardives et inopinées! 

Aux côtés de David, elle découvre un univers mondain et éblouissant qui la mène de concerts en cabarets, des ventes aux enchères les plus prestigieuses aux suites des meilleurs hôtels. L’homme d’affaires la présente à ses amis décadents et désabusés, qui mènent une vie de luxe et de frivolité assumée. Rosamund Pike est parfaite dans le rôle d’Helen, superbe blonde écervelée dont les répliques sont toutes plus amusantes les unes que les autres. 

an_education43

Loin de fuir ce milieu si différent du sien, Jenny, qui se passionne pour la littérature, se croit devenue l’héroïne d’un passionnant roman. Enfin, sa morne existence devient digne d’intérêt! Et la fascination qu’elle lit dans le regard de ses amies ne fait que l’encourager à poursuivre cette étourdissante nouvelle vie.

Très vite toutefois, des zones d’ombre apparaissent. Entre séduction et manipulation, la frontière est mince et tend à se brouiller subitement. Jenny, qui a pourtant l’avenir devant elle, risque de tout perdre dans cette hasardeuse relation…

113934

Cela faisait des années que je souhaitais voir ce film, sorti en 2009, et je n’ai pas été déçue un seul instant. J’ai apprécié que l’histoire ne sombre pas dans les stéréotypes attendus. Jenny n’est pas influençable ou prête à tout pour être admise par David qui, lui, n’est ni un prince charmant, ni un méchant de contes de fées. L’intrigue est menée avec subtilité et les personnages restent toujours dans la nuance – à l’exception peut-être de celui d’Helen, qui apporte une note d’humour bienvenue.

Carey Mulligan est, une fois de plus, extraordinaire de candeur et d’impertinence. Peter Sarsgaard, quant à lui, incarne à merveille le gentleman charmeur et énigmatique.

Les costumes et les décors contribuent à créer une atmosphère d’époque et à marquer le contraste entre la jeune Jenny et la sphère fastueuse dans laquelle David évolue. Le Londres des années soixante, ses boutiques au charme désuet et ses rues bien agencées m’ont laissée rêveuse.

an_education23

Connaissez-vous ce film? Ou le roman duquel il est adapté? Si tel est le cas, n’hésitez pas à me faire part de vos impressions!

sclingerman-timestandstill-swirl

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s