[Lis] Babayaga, Toby Barlow par le Vert Lisant

witches  

   Babayaga est un roman que l’on aime (beaucoup) ou que l’on déteste (franchement) tant le récit est non linéaire et, par endroits, délirant voire surréaliste. Quand je dis « récit » je devrais plutôt parler de « récits » qui se recoupent, s’entrecroisent, interfèrent joyeusement les uns avec les autres, pour, bien sûr, aboutir à une conclusion, le tout dans une narration qui semble un chaos drôle, inénarrable et savamment organisé.

*

    Si l’action se passe dans le Paris des années ’50, cela fait plusieurs siècles qu’y vivent deux Babayagas, c’est-à-dire deux sorcières venues du fin fond de la Russie à travers la faim et le froid. Il y a Elga, vieille et plutôt laide, elle aime vivre discrètement ; tout le contraire de sa disciple Zoya qui, éternellement jeune et séduisante, vit dans le luxe que lui offrent ses amants successifs ; amants qu’elle n’hésite pas à tuer quand ils se montrent trop curieux. Justement, elle vient de laisser le dernier embroché sur les grilles d’un parc.

Halloween+Vintage+1950's+Taller+Blonder+Joyce+Holden+Witch+closeup

    L’inspecteur Nicot, chargé de l’enquête, mis sur une bonne piste par un heureux hasard, finit par interroger Elga qui, n’aimant pas la police et ses questions, le change en… puce. Une puce déterminée à trouver les coupables, mais qui se fait trimbaler de chiens en chats, s’évade de chez un dresseur de puces et, de tignasse en tignasse, aboutit sur celle de Will, un Américain employé par une agence publicitaire – qui pourrait être un nid d’espions –  et qui se désole : on ne lui confie plus, pour tout travail, que de compiler le maximum de renseignements sur certaines firmes françaises et de s’occuper de son unique client qui, à chaque séance, lui suggère des campagnes publicitaires plus saugrenues les unes que les autres.

    Le malheureux va être entraîné dans une histoire d’espionnage quelque peu déjantée avec : Oliver, un écrivain (si peu), américain et directeur d’une revue (très confidentielle), vrai playboy et vrai agent secret ; les inévitables « méchants » très menaçants ; trois musiciens de jazz prêts à faire le coup de feu s’ils sont bien payés et puis… Zoya qui a jeté son dévolu sur lui et avec laquelle il connaît une vraie romance d’amour (où est pris qui croyait prendre).

    Ajoutons, à cela, Elga qui tient à se venger de Zoya qui l’a obligée à fuir chez un vieux prêtre de ses connaissances, dont le frère a, autrefois, été changé en un rat amoureux de Zoya et capable de la retrouver où qu’elle soit, ce qui est utile à la vieille Babayaga pour accomplir ses noirs dessins, tout comme lui est utile sa jeune et nouvelle disciple qui se voit, à cette fin, devoir tenir une poule dans ses bras.

I Married a Witch (1)

     Et puis, il y a un savant fou qui a conçu une drogue qui réunit en rêve victime et meurtrier. Un assassinat net et sans bavure, sans témoin et sans indices. Will, capturé, risque bien de servir de cobaye et de passer de vie à trépas, mais – ouf – il sera sauvé juste à temps.

*

    Prenez tous ces éléments, brassez-les et vous obtenez une histoire délirante, pleine de rebondissements, parfois très cocasses, qui ne se prend absolument pas au sérieux et qui est racontée avec beaucoup d’humour, dans un style décontracté. « Babayaga » est, en son genre, un livre unique, une singularité dans le roman policier/d’espionnage, qui réussit à vous rendre attachants des personnages décrits avec beaucoup plus de subtilité qu’il n’y paraît.

  Les chapitres sont séparés par, à chaque fois, un chant de Babayaga assez poétique et véritable reflet de leur existence telle qu’imaginée. C’est, au total, un joyeux divertissement que l’on aimera lire assis au coin du feu par une longue soirée d’hiver, pour peu que l’on admette que le roman peut être, aussi, un récit déjanté à ne prendre au sérieux en aucune façon . Alors, pourquoi ne pas vous laisser tenter ?

Merci, cher Vert Lisant!

sclingerman-timestandstill-swirl

Publicités

3 réflexions sur “[Lis] Babayaga, Toby Barlow par le Vert Lisant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s