[Lis] Anne… La maison aux pignons verts, Lucy Maud Montgomery

1

Bonsoir à tous! Quelle joie de prendre la plume ce soir pour vous parler de ma rencontre avec une héroïne hors du commun, la jeune et pétillante Anne Shirley. Certains d’entre vous connaissent sans doute déjà cette série de romans signée par Lucy Maud Montgomery tant ils font partie des classiques de la littérature de jeunesse. Pour les autres: voici une séance de rattrapage bien nécessaire!

anne

Anne Shirley, petite fille rousse aux yeux verts, est orpheline. Sa nouvelle famille d’accueil réside à Avonlea, sur l’Ïle-du-Prince-Édouard. C’est ainsi qu’elle entre dans la vie de Matthew Cuthbert et de sa soeur, Marilla, dont elle vient bouleverser les habitudes. Rêveuse, bavarde, espiègle, son imagination débordante lui jouera bien des tours, mais sa personnalité attachante lui vaudra l’affection de tous.

Cela fait des années que La maison aux pignons verts figure en bonne place sur la liste des ouvrages qu’il me tarde de découvrir. Mais, à force d’en voir les différentes éditions, toutes plus adorables les unes que les autres, et d’en lire les critiques unanimement élogieuses, j’ai eu l’occasion de développer des attentes de lecture tout particulièrement élevées!

3

Et je suis enchantée de vous apprendre que ma première approche de cette attachante saga canadienne n’a pas été frappée du sceau de la déception. Bien au contraire: comme tant d’autres avant moi, je suis tombée en amour avec cette orpheline au caractère aussi flamboyant que la chevelure.

Pourtant, les premières pages m’ont réellement étonnée. En effet, le style de l’auteur, richement descriptif et foisonnant de menus détails, a nécessité dans mon cas un temps d’adaptation. L’autre élément de surprise est indéniablement la personnalité haute en couleurs d’Anne… ainsi que ses bavardages incessants! Je me sentais presque littéralement étourdie par la passion dont elle faisait preuve lors de ses interminables monologues.

A l’image de Marilla et de Matthew, j’ai toutefois été touchée par le triste parcours de cette enfant, ballottée d’un foyer sans amour à un autre, et c’est sans surprise que j’ai finalement succombé au charme de son imagination hors du commun.

2

Au-delà d’un trait de caractère charmant, cette créativité est avant tout, pour notre exubérante héroïne, un véritable radeau de survie qui l’a longtemps empêchée de céder à la morosité. Son arrivée dans l’enchanteur village d’Avonlea lui permet d’échapper à son funeste destin, de rencontrer de précieuses âmes soeurs et de faire de ses rêves une réalité.

Enfin, si ce premier volume m’a émue, il m’a surtout beaucoup amusée. Tout aussi brillante qu’elle soit, Anne semble avoir le chic pour multiplier les maladresses et enchaîner les plus improbables bévues. Elle peut fort heureusement compter sur ses nouvelles amies de cœur et sur les Cuthbert pour la sortir des mauvais pas dont elle s’avère rapidement coutumière!

Anne… La maison aux pignons verts est un roman d’apprentissage qui n’a pas usurpé sa grande renommée. Je vous le recommande mille fois!

sclingerman-timestandstill-swirl

Publicités

2 réflexions sur “[Lis] Anne… La maison aux pignons verts, Lucy Maud Montgomery

  1. Je me souviens d’avoir vu une adaptation télévisée qui, si ma mémoire est bonne, s’appelait « Le bonheur au bout du chemin ». J’avais adoré, à l’époque (bon, j’étais adolescente). Je me suis toujours dit que je lirai le livre un jour, il faudra que je concrétise !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s