[Lis] Alvin: 1. L’héritage d’Abélard, Régis Hautière et Renaud Dillies

alvin

Bonsoir à tous! Je suis très heureuse de vous proposer aujourd’hui une note de lecture consacrée à une jolie bande dessinée en deux volumes.

Comme vous le constatez, ma résolution de m’intéresser de plus près au neuvième art est toujours bien vivace. Mes découvertes récentes en la matière m’ont d’ailleurs tant séduite qu’elles ne font que m’y inciter davantage!

alvin couverture

Alors qu’il vient d’être séparé de son ami Abélard, l’ours mal léché Gaston traîne son désespoir à New York. Mais rien à faire ! Son karma doit être d’aider les petits êtres en détresse, puisqu’il croise sur son chemin Alvin, un jeune orphelin revêche qu’il prend sous son aile.

Les voilà partis pour un long voyage, accompagnés, pour ne rien arranger, d’un prédicateur fou! Poésie, dialogues truculents et virtuosité graphique se mêlent pour une très belle ode à la différence et à l’entraide.

C’est sur la recommandation de mon libraire spécialisé que j’ai fait la connaissance du personnage de Gaston. J’ai bien conscience d’avoir fait les choses dans le désordre, puisqu’Alvin est en réalité le second cycle des auteurs et qu’il s’inscrit dans la lignée du diptyque intitulé Abélard.

J’aurais aimé pouvoir commencer par cette première série, malheureusement en rupture momentanée, mais j’ai finalement cédé à l’impatience et c’est ainsi que j’ai ouvert L’héritage d’Abélard.

Alvin 5

Les premières planches m’ont déstabilisée: le style graphique, avec ses douces demi-teintes et ses personnages animaliers évoquant l’illustration pour enfants, contraste radicalement avec l’atmosphère dans laquelle les auteurs nous plongent. En effet, Gaston n’a rien d’un ourson de dessin animé: jour après jour, il traîne sa lassitude du chantier de construction au troquet le plus enfumé.

Son seul ami lui fausse de plus en plus souvent compagnie et, comble du malheur, il perd brusquement son unique confidente, Purity. Dans un dernier souffle, celle-ci lui confie ses maigres économies et le charge de prendre soin de son fils unique.

alvin 1

C’est alors qu’entre en scène le personnage d’Alvin. Décrit par sa nourrice comme un gamin infernal, cet écorché vif se révèle rapidement un enfant attachant, en dépit de son déroutant franc-parler.

Mais que faire de ce garçon? Gaston ne connaît aucune famille à qui le confier, et le remettre à l’assistance publique est tout aussi impensable pour notre héros, qui a promis à Purity de ne jamais laisser un tel cas de figure se produire. Et s’ils étaient destinés à parcourir un bout de chemin ensemble?

alvin 4

J’ai trouvé cet album, qui ne ressemble à aucun autre, d’une subtilité bouleversante. Au-delà des échanges entre les personnages, ce sont les silences, puissamment évocateurs, que j’ai trouvés poignants.

Les liens qui se nouent entre ces deux êtres, désormais seuls au monde, sont de nature à réchauffer jusqu’au plus endurci des cœurs. Je suis extrêmement impatiente de découvrir le second volet de leur étonnant périple…

sclingerman-timestandstill-swirl

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s