[Lis] Everything Everything, Nicola Yoon

cmag2

Bonjour, chers lecteurs! Je vous propose aujourd’hui une nouvelle note de lecture, dédiée à un grand succès éditorial: Everything Everything, premier roman de Nicola Yoon.

everything

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors.

Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.

Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

Au moment d’acheter ce livre, je sais seulement deux choses à son propos: la première est que les blogueuses littéraires en sont folles. Un indice indéniable réside dans l’omniprésence de sa jolie couverture sur mon fil Instagram des dernières semaines! La seconde est que, bien que j’ignore parfaitement le sujet dont il traite, il devient très difficile de résister à l’appel de ses sirènes. Je m’empare donc de cet ouvrage, le place immédiatement au sommet de ma pile… et le dévore en à peine trois jours.

Pourtant, à l’issue de cette lecture, mon sentiment général n’est pas aussi enthousiaste que je l’aurais cru. Ce roman ne sera pas un coup de cœur pour moi, même s’il m’a fait passer un agréable moment.

J’ai, d’une part, beaucoup apprécié sa construction et sa mise en page, qui fait alterner des chapitres de longueur traditionnelle à des formes plus brèves, comme des pensées instantanées, semées par la narratrice. Des dessins, des mémos, des transcriptions de discussions en ligne, sont également intégrés au récit et contribuent à la création d’une atmosphère particulière, d’un rythme propre, qui maintiennent l’intérêt du lecteur en éveil.

cmag

Le style de l’auteur est, à mes yeux, l’autre qualité majeure du roman. Par son ton, d’une modernité toute poétique, Nicola Yoon offre une voix très personnelle à Maddy, dont nous nous faisons rapidement un portrait précis: jeune adulte rêveuse, elle doit sa grande imagination à son enfance passée le nez dans les livres et à la réclusion dans laquelle sa maladie la confine.

Pourtant, cette héroïne, qui avait a priori tout pour me plaire, est à l’origine de ma déception. J’ai éprouvé des difficultés à comprendre certaines de ses décisions, je l’ai trouvée inconstante, inconséquente. Si, à la réflexion, je peux attribuer ses mauvais choix à sa méconnaissance des autres et du monde, l’impression que j’ai éprouvée durant la lecture s’apparentait plutôt à un agacement croissant!

Malgré tout, j’ai réellement apprécié l’univers imaginé par l’auteur et l’originalité de sa proposition, et je dois bien admettre que je me suis retrouvée captivée par cette intrigue dont j’ai voulu connaître sans attendre le dénouement. Everything Everything est une lecture imparfaite mais qui me laissera néanmoins un joli souvenir.

sclingerman-timestandstill-swirl

[Lis] Shä et Salomé: Jours de pluie, Anne Montel et Loïc Clément

shasalome

Bonsoir, amis lecteurs! Je n’ai pas envie de démarrer cet article par un commentaire sur le temps qu’il fait – je laisse cela à vos collègues et à vos voisins – mais je dois dire que l’atmosphère maussade de la semaine écoulée est la raison pour laquelle j’ai eu envie de me plonger dans cette jolie bande dessinée au titre évocateur: Jours de pluie

sha-salome-jours-de-pluie

Shä & Salomé narre les formidables non-aventures d’un couple atypique constitué d’une jeune femme… et d’un chat. Salomé travaille dans une halte garderie et remporte un franc succès auprès des enfants.  Shä, on amoureux, est d’une gourmandise sans limite et exerce la profession d’écrivain.

Au cours de saynètes de la vie quotidienne, cette bande dessinée présente une galerie de personnages hauts en couleur : une grand-mère acariâtre, des copines supportrices de l’équipe de foot de Papouasie, des enfants de 4 ans surexcités et Dieu lui-même qui s’avère être… un poney. 

Si mon regard a été attiré par cet ouvrage, c’est tout d’abord en raison des adorables dessins d’Anne Montel. Comment ne pas tomber sous le charme de ses douces aquarelles, dont les couleurs évoquent celles d’un jour d’automne ensoleillé? A la lecture, j’ai découvert toute la sensibilité du trait de l’artiste, au fil de planches imaginatives, aux rythmes agréablement contrastés.

laligue

Alors que l’on pourrait parfaitement prendre son temps, en lisant un seul épisode à la fois, j’ai pour ma part achevé l’album d’une traite, tant je me suis attachée aux personnages. J’ai aimé la personnalité nuancée de Salomé, dont la tendresse se trouve habilement contrebalancée par la passion qu’elle voue à Batman, aux jeux vidéos et à l’équipe de foot de Papouasie. Quant à Shä, apprenti écrivain en quête d’inspiration, c’est par ses mots d’esprit, son imagination sans borne et sa candeur qu’il m’a séduite.

sha

Leur binôme, aussi charmant qu’improbable, s’établit à contre-courant des habituelles histoires d’amour et de leurs stéréotypes éculés. L’univers quotidien dans lequel Shä et Salomé nous entraînent se révèle touchant, sans être naïf. En effet, le ton, souvent désinvolte et amusant, se teinte parfois de mélancolie et d’introspection. Avec un humour subtil et une grande délicatesse, l’auteur soulève des questions plus profondes sur le couple, la vie en société et même le deuil.

sha et salome

Je ne peux que vous inciter à plonger, à votre tour, dans le monde souriant et poétique de ce duo peu ordinaire. Si seulement tous les jours de pluie pouvaient ressembler à ceux passés en sa compagnie!

sclingerman-timestandstill-swirl