[Lis] L’esprit de Noël – Trois livres

3 livres

Bonsoir à tous! Je suis très heureuse de vous proposer aujourd’hui mon premier article de la série L’esprit de Noël. Depuis que j’ai décoré la maison et que j’ai finalisé l’achat des cadeaux, je ressens une impatience grandissante. Le décompte a véritablement commencé!

Pour entrer dans la saison en douceur, je vous présente ma modeste sélection de trois ouvrages que je vais tâcher de lire d’ici à la fin de l’année. Le défi est lancé!

star_divider_by_1julivia-d82bhaa

incorrigibles

Les incorrigibles enfants de la famille Ashton, tome 1 : Une étrange rencontre

«On dit parfois des enfants très vilains qu’ils doivent avoir été élevés par des loups. C’était le cas des Incorrigibles enfants.»

Au Domaine Ashton, les Incorrigibles enfants n’ont rien d’ordinaire : l’un hurle comme un loup, l’autre mord, le troisième chasse les écureuils. Heureusement mademoiselle Penelope Lumley, jeune gouvernante, accepte avec enthousiasme le défi que lui promet son nouveau poste.

Penelope sera-t-elle capable de civiliser les Incorrigibles à temps pour le bal de Noël de Lady Constance ?

Mon premier… est un roman jeunesse particulièrement prometteur. L’originalité de la couverture m’a séduite, ainsi que les quelques illustrations qui agrémentent les chapitres. J’ai hâte de faire la connaissance de ces enfants sauvages et de leur courageuse nourrice!

douze

Minuit! Douze histoires d’amour à Noël

La neige, les fêtes, les longues soirées d’hiver… C’est le moment de tomber amoureux!

Humour, émotion, coups de foudre, étincelles… l’amour sur tous les tons par les 12 meilleurs auteurs de la littérature ado.

Mon second… est une anthologie de nouvelles romantiques prenant pour cadre les fêtes de fin d’année: atmosphère magique, tempête de neige, réunion de famille, soirée de la Saint-Sylvestre… sont les ingrédients de ce recueil. Je suis tout particulièrement impatiente de lire les contributions de Gayle Forman et de Rainbow Rowell!

les-anges-sen-melent_8737

Les anges s’en mêlent

Lucie Ferrara et Aren Fairchild se rencontrent après s’être rentrés dedans, apparemment par accident, à Times Square le soir du réveillon du Nouvel An. Le coup de foudre est immédiat. Mais, aussi vite qu’ils ont été réunis, un coup du sort les sépare, les laissant sans moyen de reprendre contact.
Un an plus tard, Lucie est le chef d’un nouveau restaurant à succès et Aren travaille pour un grand quotidien de la ville. Malgré les mois qui ont passé, ils n’ont jamais oublié cette belle soirée, et Shirley, Goodness, Mercy et Will, leurs anges gardiens, non plus. Pour aider le jeune couple à se retrouver, ils vont cuisiner un projet fou : mélanger un grand amour, une seconde chance et une bonne pincée d’espièglerie afin de créer un miracle de Noël que vous n’oublierez pas de sitôt.

Mon dernier… est une romance de Noël qui fait la part belle aux sentiments et à la magie des fêtes. Une lecture à l’eau de rose, toute en légèreté, qui devrait correspondre à ce que je recherche en cette froide saison!

star_divider_by_1julivia-d82bhaa

Et vous, qu’allez-vous lire ces prochaines semaines? Avez-vous d’autres romans à me recommander? N’hésitez pas à me faire part de vos suggestions, ici ou sur la page Facebook du blog!

A bientôt!

sclingerman-timestandstill-swirl

Publicités

[Lis] Trois livres, pour la troisième fois

trois livres

Bonjour à tous! Comme annoncé sur la page Facebook du blog (si vous ne l’avez pas encore rejointe, je vous y invite), j’ai décidé de dépoussiérer d’anciennes catégories, c’est pourquoi je vous propose ce matin un article « Trois livres ». Pour rappel, je vous y présente brièvement de récentes acquisitions que j’ai hâte de découvrir d’un peu plus près… Voyons plutôt!

 

1. Melisande! Que sont les rêves? de Hillel Halkin

Du New York des années 50 à l’île grecque d’où il lui écrit au début des années 80, vingt-cinq années ont passé. Vingt-cinq années et presque autant de caprices de l’Histoire – la chasse aux sorcières, la libération des moeurs et l’effervescence des sixties, les revers du «peace and love» et le traumatisme de la guerre du Vietnam. Vingt-cinq années durant lesquelles Hoo n’a cessé d’aimer Melisande, depuis le jour où, au sein du club de littérature du lycée, elle foudroya l’adolescent timide. Melisande lui préféra Ricky, son fougueux meilleur ami, transposant à Manhattan et le temps d’un été un trio à la Jules et Jim abreuvé de poésie américaine.

*

2. La ballade d’Hester Day, de Mercedes Helnwein 

C’est l’histoire d’une fille qui ne veut pas aller au bal de promo, d’un apprenti poète qui l’a épousée pour trouver l’inspiration, et d’un petit garçon rondouillard qui, à défaut d’être cow-boy de l’espace, est ravi de tracer la route en camping-car avec eux.

L’équipée sauvage d’Hester Louise Day s’annonce comme un fiasco épique. Parce que la famille, même bricolée, ce n’est jamais un long fleuve tranquille, surtout quand on est recherchés par la police et le FBI. Il faut dire que quand Jethro, son cousin de dix ans, s’est invité dans son road trip, Hester n’a pas réfléchi aux conséquences. Mais ce n’est pas trop son fort, les conséquences. Hester a pris la route parce qu’elle ne sait pas ce qu’elle veut. Ça ne la dérange pas d’être rattrapée, mais pas tout de suite, pas trop vite. Avant cela, il y a des paysages sublimes à traverser, des rencontres inoubliables à faire, des éclats de rire et de colère, un peu d’amour ce serait bien, même si son jeune époux, Fenton Flaherty, n’est pas un grand sentimental.

 

*

3. La fille tatouée, de Joyce Carol Oates

Joshua Seigl, la quarantaine, écrivain estimé, riche et séduisant, se voit contraint, à cause d’une mystérieuse maladie, d’engager une assistante. Lorsqu’il rencontre par hasard Alma Busch, une jeune femme pauvre et illettrée, recouverte d’intrigants tatouages, Seigl ne peut résister à l’envie de jouer les Pygmalion. Convaincu de lui offrir la chance de sa vie, il lui propose le poste. Malheureusement pour lui, Alma Busch n’est pas la créature vulnérable qu’il croit…

*

Alors, lequel liriez-vous en premier? En connaissez-vous certains? 

 

[Lis] Trois livres, deuxième édition

3livres2

Bonjour! J’espère que vous vous portez bien en ce vendredi neigeux. Je vous propose aujourd’hui le retour de l’article intitulé Trois livres, dont le principe était de vous présenter quelques romans qui attendent dans ma bibliothèque. Voici ma sélection du jour!

*

Le monde de Charlie, Stephen Chbosky

Au lycée où il vient d’entrer, on trouve Charlie bizarre. Trop sensible, pas « raccord ». Pour son prof de Lettres, c’est un prodige; pour les autres, juste un freak. En attendant, il reste en marge – jusqu’au jour où deux étudiants, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. La musique, les filles, la fête : c’est tout un monde que Charlie découvre …

Un roman culte aux Etats-Unis (déjà 1 million d’exemplaires vendus) devenu un film évènement avec Logan Lerman, Emma Watson et Ezra Miller, par les produteurs de Juno.

*

Moi, Tituba sorcière…, Maryse Condé

Fille de l’esclave Abena violée par un marin anglais à bord d’un vaisseau négrier, Tituba, née à la Barbade, est initiée aux pouvoirs surnaturels par Man Yaya, guérisseuse et faiseuse de sorts. Son mariage avec John Indien l’entraîne à Boston, puis au village de Salem au service du pasteur Parris. C’est dans l’atmosphère hystérique de cette petite communauté puritaine qu’a lieu le célèbre procès des sorcières de Salem en 1692. Tituba est arrêtée, oubliée dans sa prison jusqu’à l’amnistie générale qui survient deux ans plus tard. Là s’arrête l’histoire. Maryse Condé la réhabilite, l’arrache à cet oubli auquel elle avait été condamnée et, pour finir, la ramène à son pays natal, la Barbade au temps des Nègres marrons et des premières révoltes d’esclaves.

*

Sanctuaires ardents, Katherine Mosby

Depuis l’arrivée du couple Daniels, la petite bourgade de Winsville, en Virginie, est en émoi. L’intense beauté de Vienna, sa déroutante culture, sa passion immodérée pour les arbres suscitent l’admiration des uns, l’effroi des autres, les commentaires de tous. Un jour, Willard s’en va et laisse Vienna élever seule leurs deux enfants, Willa et Elliott, deux sauvageons pétris de curiosité et de connaissances. Dès lors, les rumeurs enflent. Jalousies et désirs se multiplient, se cristallisent. Puis le destin commence à s’acharner sur les Daniels. Forte de sa foi païenne, de son appétit de vivre, de l’amour qu’elle porte à Willa et Elliot, Vienna entre alors éperdument en résistance.

*

Connaissez-vous ces romans? Est-ce que l’un d’entre

eux retient particulièrement votre attention?

*

[Lis] Trois livres

Bonjour à tous! J’espère que vous avez passé un fabuleux week-end, annonciateur d’un très bel automne à venir, et que vous n’avez pas pris froid! Comme je le dis chaque année, j’adore cette saison, où je peux sortir mes plus jolies écharpes, mes tricots favoris et ma tasse de thé fumante!

Nouvelle semaine, nouvelle idée pour le blog: en effet, je vous propose aujourd’hui de découvrir trois romans qui attendent sagement dans ma bibliothèque. Je les ai sélectionnés car j’ai tout particulièrement hâte de m’y plonger et de vous en parler davantage! Les connaissez-vous?

La Coupe d’or, Belva Plain

Au coeur de New York, en ce début de XXe siècle, les fastes de la richesse côtoient les souffrances de la plus grande pauvreté. A dix-neuf ans, Henrietta de Rivera, une parente des Werner, la célèbre dynastie de banquiers new-yorkais, s’éprend du fougueux Dan Roth, un brillant professeur sans le sou, qui se bat contre la misère des Juifs dans leur ghetto. Mais leur mariage est bientôt mis à l’épreuve des différences de classes, quand l’activisme de Dan l’oppose aux Werner et que Henrietta accepte d’élever la fille d’un ouvrier mourant, Leah. Tandis que leur fils Freddy et Leah, devenue une belle et courageuse jeune femme, se rapprochent, Paul Werner, le neveu de Henrietta, découvre lui aussi qu’on ne bouleverse pas impunément l’ordre social et se marie avec une femme de son rang, malgré son amour pour la domestique de sa mère, la douce Anna… Quête de liberté et de justice, querelles familiales, passions contrariées et secrets enfouis vont marquer à jamais les destins de ces familles, bientôt prises dans la tourmente de la première guerre mondiale.

Le Palais de Verre, Simon Mawer

Une inoubliable fresque conjugale à travers six décennies d’histoire européenne. Finaliste du Booker Prize, élu meilleur
livre de l’année par The Observer et The Financial Times : un  chef-d’oeuvre.

Tchécoslovaquie, fin des années 1920. Liesel tombe amoureuse de Viktor Landauer, héritier d’une riche famille juive. Les deux jeunes gens, qui fréquentent la haute société des années folles, rêvent d’une maison moderne. C’est  à Venise qu’ils vont rencontrer l’homme capable de mener à  bien ce projet, Rainer von Abt, un architecte adepte de Loos,
de Mondrian, du Corbusier. Celui-ci va imaginer pour eux un  palais de verre, une oeuvre d’art entièrement conçue autour des  transparences et de la lumière. Plus qu’une maison, c’est un véritable acte de foi dans le siècle nouveau où, les jeunes  mariés n’en doutent pas, l’art, la science, la démocratie sauront venir à bout des ténèbres. Mais les espoirs du jeune couple,  comme ceux de toute une société, ne vont pas tarder à être mis à mal par les aléas de la vie conjugale et de l’histoire,  l’occupation nazie puis soviétique de l’Europe centrale venant bouleverser la donne.

A travers les aventures d’un couple, de leur famille et de leur maison, Simon Mawer brosse un tableau fascinant de six décennies de l’histoire européenne. Mêlant l’intime et l’histoire avec une maestria incomparable, il nous offre un grand roman d’amour et une réflexion inédite sur le sort des individus pris dans la tourmente des temps.

16 lunes, Kami Garcia et Margaret Stohl

J’ai longtemps rêvé de cette fille. Elle apparaissait dans un cauchemar où, malgré tous mes efforts, elle tombait sans que je ne puisse la sauver. Je me savais lié à elle d’une façon particulière. Et puis un jour, elle est arrivée en chair et en os au lycée de Gatlin, notre petite bourgade du Sud des Etats-Unis. Elle était belle et mystérieuse. Si j’avais su qu’en même temps que cette fille surgirait aussi une malédiction… J’étais éperdument amoureux, mais cet amour était perdu d’avance.