[Lis] L’été où je suis devenue jolie, Jenny Han

pool

Bonjour à tous! Comme vous le savez déjà si vous me suivez sur Facebook, j’ai accumulé un retard dramatique dans mes notes de lecture.

Il aurait sans doute été plus sage de vous parler aujourd’hui du livre se trouvant en première position dans la file d’attente… mais comme je ne suis pas quelqu’un de raisonnable, j’ai plutôt choisi le tout dernier: L’été où je suis devenue jolie.

été

Comme chaque été, Belly, sa mère et son frère passent l’été dans la maison de vacances où séjournent également une amie de la famille, Susannah, et ses deux fils, Conrad et Jeremiah. 

Sous le soleil éclatant, les nuages pointent à l’horizon : Belly tombe amoureuse de l’indifférent Conrad qui accumule les conquêtes sous ses yeux. Et entre les pichets de thé glacé, les baignades nocturnes, le sel de l’océan sur la peau, un drame couve. Belly dont le cœur bat la chamade, sent que quelque chose va changer, pour toujours…

Si j’ai acheté ce roman, c’est avant tout pour son auteur, Jenny Han, que j’apprécie beaucoup depuis que j’ai lu A tous les garçons que j’ai aimés et le recueil Minuit!, dont elle a signé l’une des nouvelles. Je savais que ce titre était son principal best-seller, c’est pourquoi, en le trouvant de seconde main, je n’ai pas hésité un seul instant. Pour tout vous dire, avant de l’ouvrir, je n’en ai même pas lu la quatrième de couverture!

pool 2

Ma confiance aveugle a, heureusement, été récompensée. J’ai tout bonnement dévoré d’une traite le premier volume de ce qui, renseignements pris, s’est avéré une trilogie. Le second tome a déjà rejoint ma collection… mais je pense me le réserver pour le mois de juillet, car il fera une lecture de vacances idéale!

En effet, L’été où je suis devenue jolie offre une parenthèse légère et ensoleillée en ce frileux début de printemps. Nous faisons la connaissance d’Isabel, que tout le monde surnomme Belly, alors qu’elle entre de plein pied dans l’âge terrible de l’adolescence. Rien ne lui est épargné: changements physiques, déceptions amicales, premiers émois amoureux, mais aussi premiers adieux…

L’originalité du roman tient dans sa construction: si l’intrigue principale se déroule alors que Belly est sur le point de fêter ses seize ans, les chapitres nous replongent dans ses souvenirs des années précédentes. Cette approche chronologique particulière peut surprendre, mais elle permet de connaître davantage les personnages et, surtout, les relations qui se nouent entre eux, été après été.

pool4

J’ai retrouvé avec plaisir l’écriture fluide et efficace de Jenny Han. Elle offre une voix personnelle à son héroïne qui se révèle, au fil des pages, à la fois mature et pétrie de doutes. Jeremiah et Conrad sont aussi différents que deux frères peuvent l’être, mais j’ai aimé que l’auteur n’instaure aucune rivalité caricaturale entre eux. Steven est sans doute l’élément faible du quatuor. J’espère le voir prendre plus de consistance dans les deux épisodes à venir.

J’ai été touchée par l’amitié inébranlable qui lie Laurel et Susannah. J’ai particulièrement apprécié ces personnages de femmes solidaires, avec leurs approches contrastées et complémentaires de la maternité qui les rendent toutes deux essentielles aux yeux de Belly. Leur vie rythmée par le soleil, dans cette maison en bord de mer où les grains de sable recouvrent le parquet, m’a laissée rêveuse.

Je n’en dirai pas davantage, si ce n’est que j’ai hâte d’emporter L’été où je t’ai retrouvé dans ma valise! Je ne manquerai pas de revenir vers vous afin de vous faire part de mes impressions!

sclingerman-timestandstill-swirl

Publicités

[Lis] L’esprit de Noël – Minuit! 12 histoires d’amour à Noël, anthologie de Stephanie Perkins

Bonjour à tous! Ainsi que je l’avais prévu dans mon choix littéraire pour les fêtes, je vous reviens ce lundi avec une note de lecture consacrée au recueil de nouvelles intitulé Minuit!.

douze

La neige, les fêtes, les longues soirées d’hiver… C’est le moment de tomber amoureux!

Humour, émotion, coups de foudre, étincelles… l’amour sur tous les tons par les 12 meilleurs auteurs de la littérature ado.

Rédiger, en un seul article, la critique d’un ouvrage aussi multiple n’est pas un exercice facile. Heureusement, de manière générale, on retrouve une certaine homogénéité dans le ton et dans les préoccupations abordées par les douze auteurs représentés: les fêtes de fin d’années, la vie des jeunes adultes et ses complications, l’amour sous toutes ses formes… Pas de doute, le sous-titre a bien été choisi, puisqu’il est indéniablement fidèle aux différentes nouvelles qui composent le recueil.

La cohérence de la sélection opérée par Stephanie Perkins permet de lire les textes de manière suivie sans réellement s’apercevoir que l’on passe d’un écrivain à l’autre, ce qui rend la lecture fluide, agréable et immersive. Certaines nouvelles se détachent, toutefois, nettement.

Ainsi, si j’ai réellement apprécié le livre dans son ensemble, j’ai été déçue par la contribution de Kelly Link, baptisée La dame au renard. La promesse était pourtant séduisante: une jeune fille se retrouve contrainte de passer les fêtes en compagnie de sa marraine, exubérante icône hollywoodienne, depuis que sa mère, habilleuse pour le cinéma, est enfermée dans une prison thaïlandaise.

isla-fisher-save-the-children-christmas-jumper-day-myleene-klass-217805

Dommage que la suite se perde en détails fantaisistes et inutiles, au détriment de l’histoire personnelle de l’héroïne… L’étoile de Bethlehem, d’Ally Carter, présente, elle aussi, une conclusion un peu hâtive et aurait mérité davantage de profondeur dans le traitement du mystérieux passé de sa protagoniste.

A contrario,  Sapin de solstice de Stephanie Perkins évoque avec justesse les conséquences familiales d’une douloureuse séparation, Bon sang, Sophie Roth, qu’est-ce qui t’a pris? de Gayle Forman nous démontre à quel point une simple rencontre peut changer notre regard sur le monde alors que Bienvenue à Christmas, Californie révèle la magie des petites attentions que l’on porte à ceux qui nous entourent.

Mais la nouvelle qui obtient définitivement ma préférence est celle de Matt de la Peña, Des anges dans la neige. Structurée comme un journal intime et formulée à la manière d’un grand adolescent, elle nous est racontée par Shy, un étudiant new-yorkais aussi fauché qu’attachant, qui fait la rencontre de la jolie Haley, dont la vie semble bien plus facile que la sienne… Quelle surprise d’apprendre que ce sympathique narrateur est également le personnage principal du best seller de l’auteur, Les vivants. Voilà qui me donne désormais envie de le découvrir!

Et c’est, à vrai dire, l’impression générale que je retire de ce recueil: il m’incite résolument à m’intéresser de plus près à l’oeuvre de ces auteurs jeunesse qui m’ont fait passer un inoubliable moment de lecture!

sclingerman-timestandstill-swirl

[Lis] Pourquoi pas?, David Nicholls

arts-graphics-film_1190461a

Bonsoir, chers lecteurs! Aujourd’hui, je vous propose la dernière note de lecture avant l’arrivée sur le blog de ma sélection littéraire inspirée par les fêtes de fin d’année.

Il s’agit du premier roman de David Nicholls, curieusement intitulé Pourquoi pas? – ou Starter for 10 dans la langue de Shakespeare.

POURQUOIPAS

Bristol, 1985.
L’université ! Brian Jackson s’y voyait déjà : une vie d’étudiant sans contrainte, une sexualité débridée, des amis par centaines, un diplôme en or, qui serait suivi d’une entrée fracassante dans la vie active.
Oui, mais voilà, la réalité est loin d’être aussi idyllique. Une acné récalcitrante, des fringues informes chinées aux puces, une spécialisation dans la très moyenne et très populaire section de littérature anglaise, pas un sou en poche et une passion farouche pour Kate Bush. Un seul véritable talent : une culture générale qui ferait de lui le candidat idéal pour participer au « Questions pour un champion » local, le quiz télévisé « University Challenge ».
Recruté dans l’équipe in extremis, Brian est bien décidé à remporter le trophée et le cœur de la belle et riche Alice, aspirante actrice. Pour l’aider dans sa mission, il peut compter sur Rebecca, punkette grande gueule, juive marxiste, qui s’improvise conseillère en relations sociales et sentimentales.

Avant d’ouvrir ce livre, je n’avais encore rien lu du britannique David Nicholls. Bien entendu, je connaissais le célèbre Un jour, dont j’avais apprécié l’adaptation cinématographique, et c’est d’ailleurs sans doute ce qui a contribué à me donner envie de m’intéresser de plus près à cet auteur.

starter_for_ten_alive_eve_james_mcavoy_rebecca_hall

Mon verdict à l’issue de cette lecture est plus qu’enthousiaste: je suis tombée sous le charme de son écriture et, surtout, du personnage de Brian. Post-adolescent mal dégrossi, ce véritable antihéros semble accumuler les maladresses. Sa gaucherie n’a d’égale que sa malchance et les situations dans lesquelles il se retrouve sont aussi embarrassantes qu’amusantes pour le lecteur.

Certes, la dimension caricaturale, proche du vaudeville pour certaines scènes, est indéniable. L’auteur envoie valser la vraisemblance pour nous livrer le portrait haut en couleurs d’un jeune adulte déstabilisé par l’amour et par l’inconnu.

starter_for_ten_production_3

Si le ton est souvent léger et le roman franchement distrayant, des préoccupations plus profondes ne tardent pas à se manifester. Brian, qui souffre de l’absence de son père, peine à trouver sa place dans un monde dont il ignore les codes. Sa bonhomie apparente dissimule une blessure qui tarde à guérir et nous passons du rire à l’émotion lorsque ce fragile vernis s’écaille. Difficile, alors, de ne pas songer à l’archétype du garçon perdu créé par J.D. Salinger dans L’attrape coeurs. 

Les personnage secondaires, quant à eux, sont tous attachants à leur propre manière. Alice, sous des dehors superficiels et exaspérants, fait en réalité preuve d’une grande franchise et de beaucoup d’intelligence. Elle incarne l’antithèse de Rebecca qui, en dépit de son apparence hostile, s’avère la vraie bonne copine de notre narrateur. Enfin, instable et touchant, Spencer, l’ami d’enfance de Brian, aurait réellement mérité d’être davantage mis en lumière par l’auteur.

starter

En conclusion, Pourquoi pas? est une très jolie surprise, qui m’a fait passer un moment de lecture inoubliable! Je suis impatiente de découvrir le film qu’il a inspiré et qui met en scène les excellents James McAvoy et Benedict Cumberbatch!

sclingerman-timestandstill-swirl